Atalante, T6 : Le labyrinthe d'Hadès - Crisse & Grey

Publié le par Eric the Tiger

Atalante6.jpg


Titre : Atalante, T6 : Le labyrinthe d'Hadès
Scénariste : Crisse
Dessinateur : Grey
Parution : Novembre 2013


« Atalante » est une des plus anciennes séries dont je m’offre les épisodes avec mes propres deniers. En effet, l’essentiel de ma culture bédéphile a été alimentée par la bibliothèque de mes parents. C’est en découvrant « Lanfeust de Troy » dans mon adolescence que j’ai commencé à me construire ma propre collection. Ma découverte de « Atalante » est dans cette lignée. Depuis, je guette régulièrement la parution des nouvelles pérégrinations de l’héroïne. Il faut dire que son histoire dans les arcanes de la mythologie est toujours haute en couleur. Même si la saga est loin de révolutionner le neuvième art, elle ne se gêne pas pour autant pour nous faire voyager et nous faire vivre de belles et légendaires aventures. 

Le dernier opus en date s’intitule « Le Labyrinthe d’Hadès ». Toujours édité chez Soleil, il est apparu dans les librairies le vingt-sept novembre dernier. La couverture nous présente l’héroïne une torche à la main dans une posture guerrière. Au second plan, apparaissent quatre de ses acolytes au visage quelque peu inquiet. Ce sentiment est peut-être né de la vision du visage inquiétant et inconnu qui occupe la partie supérieure de l’illustration. 

Pour les novices de la série, je vous présente les mots offerts par la quatrième de couverture : « Les Âges sombres. La Grèce baigne en pleine mythologie. Les légendes contées sont toutes plus envoûtantes les unes que les autres. Voici l’une d’elle : la fabuleuse histoire d’Atalante. Abandonnée dès la naissance par son père, puis condamnée à vivre sans amour par la déesse Héra, elle est recueillie par les êtres de la forêt. Nymphes, satyres et dryades lui apprennent le langage des animaux. Devenue une belle aventurière, elle se joint aux Argonautes dans leur quête de la Toison d’or, seule femme autorisée à suivre les plus grands héros grecs dans cette fabuleuse aventure ! »

 

Première mauvaise surprise...

En découvrant les premières pages de l’ouvrage, la première (mauvaise) surprise est le changement de style graphique. Je ne reconnais plus le trait si particulier et sympathique de Crisse. Pourtant son seul nom apparaît sur la couverture. C’est en découvrant la page la garde que je réalise que les dessins sont désormais l’œuvre de Grey. Ce dernier que je ne connaissais pas jusqu’alors essaie bien de coller au trait de son prédécesseur mais le succès est loin d’être tout le temps au rendez-vous. Les personnages sont plus anguleux. Ils apparaissent moins travaillés. En tant que lecteur, je me sens m’éloigner d’eux. Le souci est que c’est avec Atalante que la rupture est la plus dure. J’ai presque eu l’impression qu’il s’agissait d’un nouveau personnage principal. Bref, mon immersion dans ce labyrinthe me rendait un petit peu chafouin.

Il faut dire que la suite n’allait pas arranger les choses. En plus de s’être déchargé du dessin, Crisse semble avoir bâclé son scénario. La trame ne semble suivre aucun fil conducteur solide. Elle ne présente aucun rebondissement. Les pages défilent à un rythme effréné tant elles semblent vides et creuses. La comparaison avec les tomes précédents est douloureuse. Je suis arrivé à la fin de celui-ci avec l’impression que rien n’avait démarré. Des planches illustratives immenses nous sont proposées régulièrement pour remplir difficilement la quarantaine de pages de l’album. Hélas, Grey ne démontre pas assez de talent pour nous subjuguer et nous transporter avec son trait. Ils offrent des cases assez décevantes tant les décors sont peu travaillés et développés. A aucun moment, il n’arrive à faire naître une atmosphère pourtant indispensable quand on se balade dans un labyrinthe menant aux Enfers. 

De plus, les personnages sont complètement négligés. Un des aspects sympathiques de la série réside dans les dialogues souvent drôles et décalés qui accompagnent les aventures dangereuses de tout ce petit monde. Ici, tout a disparu. Les traits humoristiques ont disparu. La densité des propos est d’une rare faiblesse. C’est vraiment dommage parce que « Atalante » mélange bien souvent aventures, mythologie et rigolades, le tout sous le trait de Crisse. Il s’agit d’un cocktail qui fonctionne bien et qui permet aisément de passer outre les quelques défauts qui pouvaient de temps en temps parsemer les premiers épisodes. « Le Labyrinthe d’Hadès » ne possède plus cette touche et c’est bien triste.

Pour conclure, vous l’aurez compris, cet album est une grande désillusion à mes yeux. Je ne sais vraiment pas ce que Crisse a voulu faire en écrivant cet opus. Une chose est sûre, il ne m’a pas conquis. Néanmoins, je ne renie pas pour autant l’affection que je porte à son héroïne et espère que la suite saura retrouver les standards de la saga…

par Eric the Tiger

Note : 5/20

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yaneck 26/04/2014 18:41


Il se murmurait il y a une paire d'années, une rumeur concernant Crisse: Comme quoi il aurait été fort chèrement payé d'avance, par Mourad Boudjellal, pour plusieurs albums. Sans que les dits
albums ne viennent. Depuis la reprise par Delcourt, les productions Crisse ne seraient que le "remboursement" des dites avances à l'éditeur.

Infos en provenance de l'intérieur du soleil période Boudjellal...

BlogBrother 28/04/2014 09:15



Des remboursements bien décevants...