Autobio, T2 - Cyril Pedrosa

Publié le par BlogBrother

autobio02.jpgTitre : Autobio, T2
Scénariste : Cyril Pedrosa
Dessinateur : Cyril Pedrosa
Parution : Août 2009

Etant considéré par une partie de mon entourage comme un bobo parisien, adepte du bio et de la protection de l’environnement, on m’avait offert la BD « Autobio » de Cyril Pedrosa (le tome 2). Comme son nom l’indique, cet ouvrage est autobiographique et traite d’une personne cherchant à avoir un train de vie écolo et de toutes les conséquences que ça implique.

On retrouve donc beaucoup de classiques du genre : le bio, c’est cher, il faut manger des légumes, la voiture c’est mauvais et les jeux vidéo encore plus. Car Pedrosa a des enfants qui lui mènent la vie dure, complètement ancrés dans la société de consommation et vivant mal le mode de vie de leurs parents. Il faut dire que Pedrosa assume lui-même mal tout cela, ayant des furieuses envies de saucisses cocktail qu’il compense en mangeant du chou pour se donner bonne conscience.

Mais là où Pedrosa échoue, c’est qu’on ne sait jamais trop quel est son propos. Apparemment lui-même très partagé, il n’arrive pas à donner une vraie ligne de conduite à sa BD. Est-ce militant ? Est-ce pour tourner les écolos en dérision ? D’ailleurs, la meilleure planche de la BD est un gag mettant en scène l’auteur interrogé par divers journalistes sur le premier opus de « Autobio ». Chacun comprend de façon complètement différente.

Alors que je devrai me retrouver pleinement dans le personnage de Pedrosa (je me suis « mis » à l’écologie sans grande conviction au départ), je ne le trouve pas particulièrement sympathique. De plus, les gags tombent systématiquement à plat. La faute au manque de ligne directrice. En effet, certaines planches n’ont rien à voir avec le sujet (comme lorsque le personnage emmène son fils chez le coiffeur) ou n’ont carrément pas pour but d’être drôles… Il s’ensuit une certaine lassitude, d’autant plus forte que la plupart des gags sont éculés et déjà lus (« le bio, c’est cher » fait la couverture et une planche…).

Niveau dessin, ce n’est pas folichon non plus. Pedrosa maîtrise globalement son sujet mais les choix de colorisation sont simplement immondes. Plein de petits détails me gênent dans le graphisme. C’est dommage car Pedrosa arrive à donner du dynamisme et à renforcer le ridicule de son personnage par son trait mais rend le tout fatigant à lire.

Au final, cet « Autobio 2 » ne m’a pas du tout convaincu. Persuadé que l’auteur avait laissé ses bonnes blagues dans le premier tome, je l’ai lu et ait pu constater qu’il n’en était rien. Il semblerait que Pedrosa n’ait pas de talent particulier pour parler du quotidien et pour raconter les petites péripéties de tout le monde avec un angle nouveau (comme peuvent le faire Trondheim ou Boulet dans deux genres très différents). A oublier.

par Belzaran

Note : 6/20

 

Publié dans (Auto)biographie

Commenter cet article

Iron 27/06/2011 22:59



eh bé, ça c'est du cassage en règle! 


Je suis un peu de ton avis, dans le sens où c'est un sujet énorme, gigantesque, avec un potentiel incroyable. Je me suis porté acquéreur du tome 1, les yeux en étoile, déjà conquis par une BD, un
auteur qui prenait enfin ce sujet à bras le corps, qui allait nous en mettre plein les fouilles et me donner le sourire. 
Je suis malheureusement tombé de haut. J'ai été déçu, j'ai eu du mal à croire qu'il avait pu manquer la cible à ce point. C'est dommage, cet auteur (3 ombres est très bien) et ce sujet auraient
mérité une meilleure osmose.


Rageant.  



Belzaran 08/07/2011 07:31



Je vois que tu as vécu les choses de la même manière que moi !



CRBR 18/06/2011 14:00



t'es un peu dur, j'ai vu des strips de pedrosa dans fluide glacial,j'aime bien, le sujet était peu exploité et tout le monde était dans l'expectative sur le bio à l'époque de la sortie de
l'album!!!



BlogBrother 20/06/2011 13:21



Ca ne me fait pas rire moi.



Yaneck Chareyre 09/06/2011 23:20



Moi j'ai tendance à le prendre comme une critique plus qu'une adhésion. Mais clairement, le doute plane. Pour te dire, je l'ai lu sans le chroniquer, cet album, tellement je ne voyais rien de
plus à dire que sur le tome 1, qui était bien meilleur à mon goût.



Belzaran 17/06/2011 08:42



J'avoue que le 1 ne m'a pas beaucoup plus enthousiasmé que ça...



robin 09/06/2011 18:52



pas mal !



BlogBrother 17/06/2011 08:42



Ha non justement c'est plutôt mal ! 



JBG 09/06/2011 12:45



Hé ben, ça déglingue! Je ne risque pas d'acheter cette BD, d'autant que la thématique à la base ne m'inspire pas du tout confiance.


C'est un thème qui est généralement abordé par le petit bout de la lorgnette, avec des conneries du genre "il faut couper l'eau pendant qu'on se brosse les dents" (sans blague?). En évacuant tout
enjeu politique et toutes les absurdités à plus grande échelle (qui se traduisent également dans le quotidien) d'un système largement nuisible à l'environnement. C'est rare de lire des choses
pertinentes et subversives à ce propos, ça se contente de rendre léger un sujet qui au fond ne l'est pas du tout (ce qui n'empêche pas d'en rire).


Sur ce thème, je recommanderais "Tandis que la Planète Brûle (ou flambe, selon la traduction), 50 Gestes Simples pour se Donner Bonne Conscience", de Stephanie McMillian. Je l'ai pas lu en
entier, mais ce que j'en ai lu m'a semblé assez intelligent, bien qu'un peu lourdement démonstratif (comme mes propres BDs parfois j'imagine).



Belzaran 17/06/2011 08:41



J'avais lu une BD de Mattt Konture sur l'environnement qui amenait des solutions vraiment originales (publiées dans une revue écolo).