Block 109, New-York 1947 - Ronan Toulhoat & Vincent Brugeas

Publié le par BlogBrother

newyork1947.jpg


Titre : Block 109, New York 1947
Scénariste : Vincent Brugeas
Dessinateur : Ronan Toulhoat
Parution : Septembre 2011


« New York 1947 » est le dernier épisode se déroulant dans l’univers de « Block 109 » à être apparu dans les rayons des librairies. Sa parution aux éditions Akileos date du mois de septembre dernier. Comme l’intégralité des albums de la série, il est scénarisé par Vincent Brugeas et dessiné par Ronan Toulhoat. Sa couverture est très attractive. Elle nous présente un New York en ruines et nous offre la tête de la Statue de la Liberté au premier plan. Je trouve que la lumière de ce dessin est captivante. Le bouquin est de qualité. Il est de format classique et est composé d’une soixantaine de pages. 

« Block 109 » est une uchronie dont l’événement fondateur est l’assassinat de Hitler en 1941. En est découlé un ouvrage de presque deux cents pages très réussi. A partir de cet univers, les auteurs ont fait naitre trois autres ouvrages intitulés « Etoile Rouge », « Opération Soleil de Plomb » et « New York 1947 ». « Ritter Germania » est prévu pour l’année prochaine. Le premier marquait le penchant soviétique du monde, le deuxième se déroulait en Afrique. Logiquement, le troisième dont je vous parle aujourd’hui est l’américain du lot. 

L’histoire se déroule en décembre 1947. Les six membres du commando spécialement constitué pour l’Opération Extraction, sont largués au sommet d’un des rares buildings de New York encore debout. Ils ont une mission de vingt-quatre heures pour l’exécuter. Ce devait être rapide et facile, mais rien ne va se passer comme prévu… Voilà comment nous est présentée l’intrigue sur la quatrième de couverture. 

J’ai été conquis par « Block 109 ». « Etoile Rouge » m’avait déçu contrairement à « Opération Soleil de Plomb » que j’ai trouvé très réussi. Globalement, en me plongeant dans ce nouvel album, j’étais plutôt optimiste. Mes attentes n’ont pas été déçues. L’idée scénaristique est un classique du cinéma. Il s’agit d’un huit clos urbain. Une équipe restreinte doit atteindre un objectif vital dans une ville en ruine dont toutes les âmes vivantes souhaitent leur mort. Cela nous offre un thriller haletant. L’atmosphère oppressante est bien retranscrite. Les dessins de Toulhoat sont un vrai bonheur sur ce plan-là. L’intensité ne diminue jamais vraiment. On angoisse en imaginant ce que cache chacun des murs ou des immeubles peuvent cacher. 

En plus de nous offrir cette trame rythmée, l’album nous offre une belle galerie de personnages. A l’image des films de ce genre, il va sans dire que le commando chargé de la mission n’est pas constitué de n’importe qui. Chacun nous est présenté dans la première page : der Ritter, der Sniper, der Sptizel, der Professor, de Journalist et der Spezialist. Il va sans dire qu’ils sont allemands. On se demande ce qui a fait que chacun se trouve à cet endroit, à ce moment avec ces personnes-là. La ressemblance avec « Universal War One » m’est apparue évidente. Ce qui n’était pas pour me déplaire tant je voue une affection certaine à cette grande saga spatiale. Le fait de centrer l’histoire sur un petit nombre de personnages fait qu’on a le temps de le découvrir. On n’est pas indifférent à leur devenir. On a l’impression de faire partie de l’équipe. Cela rend la lecture assez active.

Côté décors, la réussite est au rendez-vous. Le New York apocalyptique que nous offre le dessinateur est criant de vérité. Que ce soit sur le plan architectural ou sur le plan de l’atmosphère, on y est. On ressent le silence qui habite chaque rue. On ressent la présence cachée des ennemis. Les dessins et les couleurs nous offrent une œuvre de grande qualité. De plus, les personnages sont également très réussis. Il possède tous une vraie dimension à leur première apparition. On devine les cadavres qui doivent agrémenter leur placard. Le degré d’humanité est fluctuant. Leurs peurs sont plus ou moins apparentes. 

En tous les cas, « New York 1947 » est un ouvrage de bonne qualité. Il s’agit d’un thriller de grande qualité. L’uchronie proposée est vraiment intéressante. Elle est bien construite, dense et cohérente. En tout cas, cet album ne fait qu’augmenter ma curiosité quant à la parution « Ritter Germania ». Je ne peux donc que vous inciter à vous plonger dans cet univers. Les adeptes du genre en sortiront conquis…

par Eric the Tiger

Note : 16/20

Publié dans Uchronie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierrotlefou 31/12/2011 18:59


Très bon album en effet, qui rappelle beaucoup New York 1997 de Carpenter. Et j'ai eu la chance de rencontré le dessinateur à St Malo, très simpatique! :)

BlogBrother 01/01/2012 16:32


Je n'ai pas vu le film. Quant au fait que le dessinateur soit sympathique, j'en suis ravi car je ne désespère pas de le rencontrer au cours d'un festival. Son trait est assez unique...