Canardo, T20 : Une Bavure Bien Baveuse - Sokal

Publié le par BlogBrother

canardo20.jpg


Titre : Canardo, T20 : Une bavure bien baveuse
Scénariste : Sokal
Dessinateur : Sokal
Parution : Octobre 2011


Canardo est un de mes héros de bandes dessinées préférés. Je l’ai découvert il y a des années dans la bibliothèque de mes parents et ai continué à suivre ses aventures une fois le cocon familial quitté. Chaque nouvelle parution est un événement et je m’empresse bien souvent de compléter ma collection sans trop tarder. Ce mois-ci est apparue dans les bacs des librairies « Une bavure bien baveuse » édité chez Casterman. Pour les non adeptes de cette série, elle est le fruit de l’imagination et du trait de Sokal. Sur la couverture, on découvre notre héros, de face. Il est avec la clope au bec, le regard inexpressif en train de jouer aux cartes. Au second plan, on découvre une ravissante femme au décolleté qui ne laisse pas indifférent. 

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Canardo est un détective privé. Il a les traits d’un canard mais a toute l’apparence d’un Columbo qui abuserait un peu de la bouteille et ne fréquenterait pas régulièrement la salle de bain. Il a pour habitude de se voir confier des affaires sans grande envergure. Ses enquêtes le mènent souvent dans les bas-fonds de la ville et dans des endroits plutôt glauques. 

Dans cet album, Canardo se voit confier une mission toute particulière. Le commissaire Garenni, avec trois grammes d’alcool dans le sang, est accusé d’avoir tiré sur un inspecteur de police au cours d’une fusillade. C’est une énorme bavure qui met l’accusé dans de sales draps. Il en est tellement désespéré qu’il fait appel à ce cher Canardo pour connaitre la vérité sur cette affaire. Rapidement, notre héros se rend compte que la disparition de cet inspecteur de police ne fait pas que des malheureux dans certains milieux obscurs… 

Cet opus est dans la lignée des précédentes aventures de notre canard préféré. L’histoire est indépendante et ne nécessite aucun prérequis particulier. La trame utilise les codes du polar noir. L’intrigue est travaillée. L’atmosphère est travaillée. Certains moments sont légers, d’autres plus lourds. Les émotions sont variées. Les plus jeunes lecteurs n’y trouveront pas grand-chose. Par contre, les adeptes de romans policiers et de films à ambiance seront ravis du voyage. 

Le scénario est construit de manière classique. Les premières pages posent les jalons. Une bavure policière lors d’une attaque de banque marque le début de notre lecture. On voit poindre l’erreur judiciaire. C’est à ce moment-là qu’apparait notre héros qui entame son enquête qui va l’amener à remuer des milieux qui ne demandaient qu’à être oubliés. La narration ne souffre pas de temps morts. Aucune case n’est inutile. Chacune apporte son information ou son changement d’angle de vue qui attise notre curiosité. Les rebondissements sont fréquents. Ils sont d’ailleurs un peu trop nombreux dans la dernière partie. Il en découle un dénouement que je trouve quelque peu brouillon. 

Comme souvent, Sokal nous offre une galerie de personnages variée. Je passe rapidement sur Canardo qui est fidèle à lui-même. La moindre des choses qu’on puisse dire est qu’il ne paie pas de mine. L’autre personnage central prend les traits du commissaire Garenni. Ce looser alcoolique attire rapidement notre sympathie. A défaut d’être un policier ne serait-ce que correct, il ne mérite pas pour autant d’être un innocent condamné. La traditionnelle femme fatale de cet album prend les traits de l’inspecteur Manta. Cette mante religieuse ne laisse indifférent la gente masculine tout en dégageant un léger sentiment de malaise. A ce trio principal, s’ajoute un bon nombre de malfrats dignes de tout bon film noir. On les trouve dans des bars mal famés dont j’aurais personnellement du mal à franchir le seuil de la porte. 

A mes yeux, le principal attrait de cette série est son atmosphère. Les pages de Sokal dégagement une ambiance particulière. Les deux tiers de l’album répondent à mes attentes. L’immersion de Canardo dans les arcanes glauques de son enquête dégage un vrai quelque chose. Par contre, je trouve la dernière partie de l’histoire plus confuse. Cela a eu pour conséquence de me sortir quelque peu de ma lecture. Je redeviens spectateur de Canardo alors que le début me laissait sentir que je lui emboitais le pas. Le côté brouillon du dénouement fait que l’atmosphère dégagée est moins intense. C’est dommage. 

Côté dessins, la qualité est identique à celle qui accompagnait la lecture des précédents tomes. J’ai donc une nouvelle fois apprécié le trait de l’auteur. Le fait que les personnages possèdent des traits animaliers est assez réussi et participe à l’identification de la série. Malgré un style simple et facile d’accès, les cases sont fournies et pleines de petits détails. Les décors sont travaillés et cela participe activement à la qualité de l’ambiance qui transpire des pages. 

En conclusion, ma lecture s’est avérée agréable. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle aventure de Canardo. Le seul bémol, évoqué précédemment, concerne le dénouement que je trouve trop brouillon. Il y a trop d’événements dans les dernières pages. Cela a eu pour conséquence de me sortir un petit peu de l’histoire, la fin arrivant finalement de manière assez abrupte. Je trouve dommage que la sortie ne soit pas davantage dosée. Cela aurait fait de cet album un des bons opus de la série tant son thème et son message ne laissent pas indifférents…

par Eric the Tiger

Note : 14/20

Publié dans Polar

Commenter cet article

Belzaran 26/10/2011 13:50



Je comprends que le thème t'ait touché plus que d'habitude...


Par contre je n'ai pas du tout ressenti la même chose pour le dénouement qui ne pas particulièrement gêné.



BlogBrother 27/10/2011 15:53



Content que l'album t'ait plu...