Canardo, T23 : Le vieux canard et la mer - Benoît Sokal, Pascal Regnauld & Hugo Sokal

Publié le par Belzaran

Canardo22.jpg


Titre : Canardo, T23 : Le vieux canard et la mer
Scénariste : Hugo Sokal
Dessinateurs : Benoît Sokal & Pascal Regnauld
Parution : Octobre 2013


Canardo et moi, c’est une grande et vieille histoire d’amour. J’ai d’abord découvert les premiers ouvrages, noirs, sales et désabusés… Une vraie révélation ! Le tout a désormais bien changé, sans pour autant me déranger. Lassé du dessin, Sokal a acquis l’aide de Pascal Regnauld afin de se concentrer sur le scénario. Car c’est avant tout les dialogues qui intéressent l’auteur. On a donc désormais un Canardo très ancré dans la Belgique et une bande-dessinée qui est avant tout une satire sociale à l’humour bien trempé. Ici, c’est Hugo Sokal qui s’occupe du scénario. Il avait déjà co-scénarisé les précédents opus. Les rôles sont un peu flou dans « Canardo », même s’il semble acquis que Pascal Regnauld assure la majorité du dessin, bien que son nom ne soit crédité qu’en terme de « collaboration » dans l’ouvrage… Passés ces considérations sur qui fait quoi, voyons si ce millésime, intitulé « Le vieux canard et la mer », vaut la lecture. Le tout est toujours publié chez Casterman sous la forme d’un album tout ce qu’il y a de plus classique. 

Dans cet ouvrage, l’inspecteur Canardo fait la nounou… Sa sœur est à la clinique et il doit s’occuper de son petit neveu. Ce dernier, comme tous les petits de son âge, est fan de Momo le Mérou (dont le parallèle avec Némo est évident) dont le merchandising fonctionne à plein tubes. Si bien que la pêche au mérou à pois rouges est déclarée interdite… Hélas, le Koudouland a une économie qui dépend entièrement de cette pêche. Et le Belgambourg, ancienne puissance coloniale, ne l’entend pas de cette oreille… Elle missionne Canardo sur place. 

 

Une grande densité de réflexions sociétales et d'humour

Cette histoire fait la part belle au neveu de Canardo qui devient un personnage central de cette bande-dessinée. A travers lui, il critique vertement les nouvelles générations et les conflits inhérents à la culture et consommation de masse. D’autres termes se mêlent comme la célébrité facile et factice dans notre univers mondialisé… La densité des réflexions et l’humour avec lequel tout cela est traité est la vraie force de l’ouvrage. J’ai trouvé cette partie particulièrement réussie. On sourit beaucoup, il y a des idées à foison… Car à côté de cela, on suit également la grande duchesse, un des personnages les plus réussis de la série, qui vient rendre visite à son « ami » président. Bonjour le néocolonialisme et tout ce qui va avec… « Canardo » sait vraiment ici capter l’air du temps et mettre le doigt sur les dérives de nos sociétés. 

Au niveau du dessin, Pascal Regnault fait le travail. On est en terrain connu. Je trouve cependant la gestion des phylactères un peu hasardeuse. Ce n’est pas nouveau, mais l’aspect « photoshop » des bulles en est parfois gênant. Je trouve aussi les couleurs un peu trop criardes. Clairement, le passage à l’informatique de certains aspects de la série n’a pas été une franche réussite. Cependant, cela ne gêne pas la lecture pour autant, loin de là. L’univers animalier de Canardo est un modèle du genre. 

 

J’ai été très enthousiaste à la lecture de ce « Canardo ». Le cru 2013 est un bon cru, avec beaucoup d’humour et d’allusion à notre monde. C’est toujours étonnant de voir qu’après tant d’années et d’évolutions, je puisse être autant heureux de lire cette série qui, clairement, ne se repose par sur ses lauriers. Un exemple à suivre !

par Belzaran

Note : 16/20

Publié dans Humour

Commenter cet article