Capitaine Capital - Yan Lindingre

Publié le par Eric the Tiger

capitainecapital.jpg


Titre : Capitaine Capital
Scénariste : Yan Lindingre
Dessinateur : Yan Lindingre
Parution : Avril 2012


Ma critique d’aujourd’hui porte sur un ouvrage dont je n’avais remarqué la sortie le seize mai dernier. Il s’agit de « Capitaine Capital ». Cet ouvrage, édité chez les Requins Marteaux, semble être un « one shot ». Sa couverture montre le visage d’un marin nous faisant un clin d’œil, le cigare à la bouche. Son fond jaune aurait pu attirer mon regard dans les rayons des librairies. Mais c’est davantage son auteur qui attisé ma curiosité. En effet, j’apprécie particulièrement Yan Lindingre depuis que j’ai découvert « Titine au bistrot ». Sa capacité à nous faire rire en nous immergeant dans les milieux populaires est un vrai talent. L’album adopte un format comics et se compose d’environ soixante-dix pages. Son prix avoisine quatorze euros. 

La thématique du bouquin est le Capital avec un grand C. Son contenu se construit complètement à partir de notre quotidien et de notre réalité. La première page est sans équivoque sur ce plan-là. Les personnalités qui ont alimentés la chronique durant la présence de Nicolas Sarkozy au pouvoir sont toutes caricaturées. Bouygues est présenté comme chevalier, Bigard comme bouffon, Barbelivien comme ménestrel ou encore Morano comme courtisane… Néanmoins, le contenu n’est finalement pas si politique que cela dans le sens où les personnalités évoquées précédemment ne sont pas les héros de ce qui nous est narré. 

En effet, l’auteur utilise différents supports pour nous conter ses pensées. Certaines anecdotes s’étalent sur quatre ou cinq pages. On va suivre un ou deux personnages qui, par leurs « expériences », vont exposer une critique humoristique du monde industriel ou bancaire, de la téléréalité, de la famille, etc. Sur certains aspects, le lien avec « Titine au bistrot » ravira les adeptes du genre. Mais « Capitaine Capital » n’est pas une succession de scénettes de ce type-là. La majorité des autres pages se composent de pensées humoristiques construites sur un seul dessin. Cela peut être un slogan publicitaire détourné ou encore un jeu de mot explicite. On peut également trouver des gags composés de quelques cases. Ses passages sont comparables dans la forme avec certains qu’on pourrait trouver dans des séries comme « Le Chat » de Philippe Geluck.

Par la forme, cet ouvrage est donc original. Le fond justifie-t-il également le détour ? Je suis de cet avis. Lindingre ne se fixe aucune limite dans le propos. Il n’est pas compassionnel avec qui que ce soit. Les riches sont méchants, les pauvres ne valent pas mieux… Dans ses histoires, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Cela fait partie des arguments principaux générant cette lecture assez jouissive. Il se permet de dessiner et d’écrire ce que nous n’osons pas penser. Se plonger dans cet album, c’est s’autoriser une catharsis littéraire. C’est un plaisir. Certains seront peut-être choqués par certains excès et auront peut-être honte de partager certains propos non politiquement corrects. Il est sûr que « Capitaine Capital » ne laisse pas indifférent. On peut se trouver drôle, excessif, malsain… Sa structure fait que « Capitaine Capital » est un bouquin qu’on peut feuilleter. J’ai d’ailleurs eu du mal à le lire d’une traite tant il est dense. Evidemment, tout n’est pas de qualité égale. Certaines pages sont hilarantes. D’autres sont prévisibles et laissent davantage indifférents. C’est pourquoi, je pense que la meilleure manière de profiter pleinement de cette lecture est de la picorer régulièrement plutôt que de l’ingurgiter d’une traite. Dans ce cas, les défauts ressortent davantage. 

Les dessins de Lindingre est reconnaissable entre tous. Les traits de ses personnages sont d’apparence porcine. Ce choix s’accorde parfaitement avec l’atmosphère qui accompagne la lecture. Le trait est simple et autorise donc un texte dense et important. Les couleurs sont simples et colorées. Tout cela fait qu’on se plonge aisément dans la découverte de cet opus. Cela confirme que ce bouquin ne nécessite pas une concentration et un calme importants pour le savourer. 

En conclusion, « Capitaine Capital » ravira les adeptes du genre. Son côté décousu découle du fait qu’il s’agit d’un recueil de dessins issus de « Fluide Glacial », « Siné Hebdo », « Siné Mensuel », « CQFD » et « L’écho des savanes ». Cela génère le côté « fourre-tout » qui ne sera pas un défaut si on ne le lit pas comme un album classique. Ce bouquin m’a fait rire de temps en temps, sourire souvent et rarement déçu ou ennuyé. C’est déjà le gage d’une certaine qualité et ce n’est pas si mal… 

par Eric the Tiger

Note : 12/20

Publié dans Humour

Commenter cet article

Yaneck Chareyre 12/02/2013 18:06


Lindingre, qui vient de passer rédac chef de Fluide.

BlogBrother 12/02/2013 19:46



Tu m'apprends quelque chose. Merci pour le commentaire...