Cité 14, Saison 2, Tome 1 : Chers Corrompus... - Pierre Gabus & Romuald Reutimann

Publié le par BlogBrother

cite14saison2tome1.jpg


Titre : Cité 14, Saison 2, Tome 1 : Chers Corrompus...
Scénariste : Pierre Gabus
Dessinateur : Romuald Reutimann
Parution : Septembre 2011


« Cité 14 » avait développé un concept des plus intéressants : publier tous les mois un fascicule contenant un épisode, le tout pour un prix (très) modique. Hélas, malgré la grande qualité de la série, cette méthode a été un échec commercial. « Cité 14 » revit cependant pour une deuxième saison, passant des Editions Paquet aux Humanoïdes Associés. Ceci permet déjà de retrouver la première saison dans le commerce et de profiter d’une suite. 

« Cité 14 » perd donc une part de son âme et de son originalité. On pourra le déplorer bien sûr, mais l’échec commercial de la première version est une raison qui justifie très largement ce choix. Exit donc les fascicules ! « Cité 14 » passe d’un format A5 à un format comics (donc plus grand), le papier est plus épais et de bien meilleure qualité… Et surtout, les épisodes sont publiés deux par deux… Ce choix va à l’encontre du but premier des auteurs de faire un ouvrage « jetable » comme pour les magazines jeunesse d’antan. Cependant, le collectionneur de BD aura un ouvrage de meilleure qualité qui perdurera bien mieux dans le temps. Mais cela a évidemment un coût. A 13 euros les deux épisodes, c’est une véritable flambée ! 

Voilà pour le sujet qui fâche un peu. Je ne cache pas que je suis prêt à avaler la pilule sans problème pour avoir droit à la suite des aventures de l’éléphant Michel. On l’avait laissé malade et défiguré dans la jungle du building. Deux épisodes sont donc présentés dans cet ouvrage : « chers corrompus » et « Vanita tombe de haut ». Comme d’habitude, les épisodes ont une part d’indépendance. Ainsi, à la moitié des 60 pages que compte l’ouvrage, on change un peu de sujet. Cette particularité donne aussi tout son charme à « Cité 14 ». Les personnages, toujours hauts en couleur, sont nombreux et ont chacun leur histoire que l’on découvre petit à petit. Cela permet également de multiplier les suspenses. Cependant, ici la fin du treizième épisode est directement liée au quatorzième. Une façon de mettre un peu de cohérence dans l’ouvrage complet ? 

« Cité 14 » est une série qui demande à être lue pour être comprise. Tellement d’influences la parsèment que son univers est difficile à décrire. Les personnages sont tantôt des animaux, des humains ou des extra-terrestres qui évoluent dans une ville typé « New-York au temps de la prohibition » mais qui est située en plein désert. Et puis, bien sûr, il y a des super-héros… La façon dont le tout nous paraît finalement pleinement cohérent montre le talent immense de Pierre Gabus pour construire un univers. Les faits sont amenés par petites touches et rien ne nous surprend vraiment. Les personnages sont également complexes et les révélations sur leur passé sont parfaitement maîtrisées. L’empathie pour chacun d’eux est énorme. Un vrai tour de force ! 

Au niveau du dessin, Romuald Reutimann continue de donner vie à cet univers si particulier. Son trait mélange de nombreuses influences, presque enfantin parfois (Michel a un côté Babar). Il donne avant tout à « Cité 14 » un côté délicieusement rétro, en parfaite adéquation avec le sujet. Ses dessins sont riches de détails et expressifs. Si le format agrandi par rapport aux anciennes versions m’a un peu perturbé au départ, force est de constater qu’il met d’autant plus en valeur le travail du dessinateur. Un dessin modeste et superbe. 

Il aurait été dommage que « Cité 14 » s’arrête après une saison 1 aussi réussie. Le nouveau format en décevra certains, c’est sûr, mais tout le monde y gagnera. Un œuvre magistrale est en marche. En espérant que plus rien ne l’arrêtera…

par Belzaran

Note : 17/20


Publié dans Anticipation

Commenter cet article