Clockwerx, T2 : Déluge - Jean-Baptiste Hostache, Tony Salvaggio & Jason Henderson

Publié le par BlogBrother

clockwerx2.jpg


Titre : Clockwerx, T2 : Déluge
Scénaristes : Tony Salvaggio & Jason Henderson
Dessinateur : Jean-Baptiste Hostache
Parution : Novembre 2009


Le deuxième tome de « Clockwerx », intitulé « Déluge » a pour but de clore le cycle de Londres. On retrouve donc nos personnages à la tête de leur mini-armée de clocks, gros robots marchant au lucifernium, un minerai secret et surpuissant. Leur but est de détruire la principale source de lucifernium qui est aux mains de la Golden Shell, car celle-ci veut l’utiliser pour régner sur le monde. La série est scénarisée par Jason Henderson et Tony Salvaggio et dessinée par Jean-Baptiste Hostache. 

Après un premier tome plein de défauts mais au suspense réel, nous retrouvons Molly, l’idéaliste ingénieure manchot et Matt, le flic incorruptible. Le temps presse et il est faut passer à l’attaque. Matt va alors apprendre à utiliser un clock en deux heures afin d’anéantir la mine de la Golden Shell. 

Hélas, « Clockwerx » ne parvient pas vraiment à corriger les erreurs du premier tome. Les personnages sont toujours autant caricaturaux et les comportements pas toujours crédibles. Les grandes révélations frisent le cliché et la fin vous laissera immanquablement sur votre faim, car elle n’a que pour but d’annoncer un nouveau cycle. 

Ce dernier tome n’est finalement constitué que d’un seul évènement : l’attaque de la mine. Certes, l’attaque du palais a son importance mais est vite oubliée. Au final, on a l’impression que le cycle se clôt un peu rapidement. On retrouvera peut-être les personnages dans le prochain cycle (et encore, ce n’est pas dit explicitement), mais ils manquent encore énormément de finesse et de caractère. J’ai eu beaucoup de mal à m’identifier ou même à ressentir de l’empathie pour eux. Et pourtant, il y aurait de quoi étant donné les évènements… 

Après un premier tome d’introduction qui nous donnait envie d’en savoir plus, la lassitude nous prend petit à petit. On commence à ne plus trop s’intéresser à l’histoire, sachant plus ou moins comment tout va finir (même si on pourra quand bien même être surpris !). Les facilités dans le scénario sont toujours là et plombent un peu la crédibilité de l’ensemble. A ne pas vouloir s’embarrasser de la plausibilité de l’ouvrage, les auteurs le lestent d’un poids désagréable. 

Au niveau du dessin, ça reste très propre et Jean-Baptiste Hostache nous régale de ses décors qui fourmillent de détails. Entre le palais, la mine et la gare, on s’y croirait ! Son dessin est un régal. On le sent plus à l’aise que dans le premier tome, il a trouvé clairement son rythme de croisière. Par contre, j’ai été très déçu par les combats de clocks, que j’ai trouvé brouillons et peu clairs. Pour tout dire, j’ai du relire une page pour comprendre ce qu’il se passait. C’est un peu un comble car l’ouvrage est avant tout basé sur le fantasme de combats de robots ! 

Au final, j’ai été très déçu par cet ouvrage. Le cycle paraît être refermé trop vite. De plus, les défauts du premier tome, que l’on pouvait excuser alors, sont toujours aussi présents. Et la fin, destinée avant tout à nous faire saliver pour les cycles suivants, laisse un goût d’inachevé. Pas sûr que je fasse l’effort de découvrir le prochain cycle…

par Belzaran

Note : 9/20 

Publié dans Steam-Punk

Commenter cet article