De Profundis - Chanouga

Publié le par BlogBrother

deprofu.jpg


Titre : De Profundis
Scénariste : Chanouga
Dessinateur : Chanouga
Parution : Avril 2011


« Quelque part entre Ceylan et Bornéo, des pêcheurs racontent avoir autrefois ramené dans leurs filets un drôle de naufragé, une étrange créature chassé du pays des sirènes ». Voilà ce que l’on peut lire en quatrième de couverture de « De profundis », première bande-dessinée scénarisée et dessinée par Chanouga. Sous-titré « l’étrange voyage de Jonathan Melville », elle raconte l’histoire incroyable de ce marin. 

Jonathan Melville est marin. Alors qu’il navigue sur une mer paisible, un typhon gigantesque et imprévisible fait son apparition. Pris en pleine tempête, il va passer par-dessus bord et se retrouver sur une île non-répertorié, sauvé par deux jeunes filles à l’air faussement innocent. 

Ce roman graphique d’une centaine de pages est construit selon un procédé de narration bien connu : Jonathan écrit une lettre à sa belle dans laquelle il raconte ses péripéties. Le tout est donc articulé autour de flashbacks, bien que la chronologie reste respectée dans l’ensemble. On n’a aucun problème à suivre les évènements. 

« De profundis » est avant tout une fable bien noire. Son onirisme perpétuel nous plonge dans une ambiance sombre et malsaine. A force de douter du réel en permanence, on finit par se demander si, finalement, le rêve n’est pas complètement absent de ce récit fantastique. Ainsi, cet ouvrage tient avant tout par son ambiance particulière, qui la renvoie aux contes les plus glauques de notre enfance. Une forme de retour aux sources en quelque sorte. 

L’omniprésence de la narration donne un aspect très littéraire à cette bande-dessinée. Chanouga possède une belle plume, ce qui renforce l’impression que le personnage nous écrit sa lettre. Un peu comme si nous avions trouvé une bouteille lancée à la mer et que nous découvrions son contenu. Nous nous retrouvons dans la peau de sa femme, réalisant ce qui est arrivé à son mari. 

En marge des textes, la contemplation est très présente. Les dialogues restent limités et l’observation des paysages et des personnages se taille une part importante du gâteau. L’équilibre entre action, dialogues, narration et contemplation est vraiment bien dosé, et ce sur les 100 pages. Le rythme de l’ouvrage s’en retrouve très bien équilibré. 

Difficile de passer à côté du travail graphique de « De Profundis ». C’est simplement magnifique. L’auteur garde son crayonné, sans l’encrer. Cela donne un aspect « dessin » à l’ensemble, d’une grande richesse. Les couleurs sont splendides et s’accordent parfaitement à cette technique. D’ailleurs, la couleur participe grandement aux ambiances du livre, changeant souvent de tonalité selon les scènes. Les paysages sont parfois de véritables tableaux. 

Les personnages ne sont pas en reste. Outre les deux « sirènes », aux airs faussement innocents (et terriblement sensuel !), la petite sirène est parfaitement réussie également. Sans en révéler trop sur l’histoire, le travail sur les personnages par Chanouga se révèle très subtil. Une seule particularité, dessinée sans excès, entraîne un malaise immédiat. Un peu comme si le lecteur s’apercevait d’une anomalie comme le personnage, se demandant s’il a bien vu ce qu’il a cru voir. 

Pour une première bande-dessinée, « De Profundis » est un coup de maître ! Ambiance glauque, suspense haletant, narration de haute volée, dessin splendide et personnel… Ce roman graphique est un bijou plein de poésie. Certes, cela ne plaira pas à tout le monde tant l’ambiance est particulière, mais cette fable marine mérite le coup d’œil. Et plutôt deux fois qu’une !

coupdecoeur-copie-1

par Belzaran

Note : 18/20

Publié dans Fantastique

Commenter cet article