Début de siècle - Monsieur le Chien & Manu Delente

Publié le par BlogBrother

debutdesiecle.jpg


Titre : Début de siècle
Scénariste : Monsieur le Chien
Dessinateur : Manu Delente
Parution : Janvier 2012


« Début de siècle » est un ouvrage narrant la vie de Jean-Philippe. Approchant la trentaine, ce pharmacien vit seul. Et autant dire que son entourage n’accepte pas cet état de fait, aussi bien du côté de ses amis que de ses parents. Jean-Philippe va essayer désespérément de trouver une nana à se mettre sous la dent… Cet ouvrage est scénarisé par Monsieur le Chien et dessiné par Manu Delente. D’un format situé entre le A4 et le A5, il est édité aux Editions de la Cafetière. 

Jean-Philippe habite Flers en Normandie. Une ville calme. Pas évident de rencontrer quelqu’un en somme. La pression de ses parents, un peu caricaturale certes, commence à se faire particulièrement pressante maintenant qu’il approche de la quarantaine. Comme on le devine fils unique, l’enjeu des petits-enfants est particulièrement présent. Ainsi, Noël point son nez, il est difficile de faire l’impasse sur ce genre de détail… 

Sujet à la mode que celui-ci. Le célibat s’est installé dans notre société sans pour autant que les célibataires le vive bien. Sujet casse-gueule également car le sujet est maintes fois traités actuellement, il faut alors arriver à se démarquer. Et ce n’est pas le ton employé que les auteurs prennent la tangente. En effet, la narration est menée essentiellement par Jean-Philippe. On est dans sa tête du début à la fin. Et là, pas de tabou. Les auteurs mettent juste ce qu’il faut de violence pour donner une couleur particulière à l’ouvrage. Cette violence ne rend d’ailleurs pas Jean-Philippe antipathique pour autant. On ressent la frustration avant tout. 

L’histoire s’étale sur plusieurs années et reprend plusieurs méthodes de rencontres : sites de rencontre, rendez-vous arrangés, conseiller en rencontres inter-genres…  Au fur et à mesure, on se prend d’empathie pour Jean-Philippe qui tente de trouver quelqu’un sans y parvenir. Ce n’est pas qu’il traîne des défauts insurmontables pour ces demoiselles. C’est juste que ça ne colle jamais. 

Je tiens à signaler que j’ai mal compris la fin, que je trouve très ambiguë à plus d’un titre. Je vous laisse vous faire votre propre opinion. Mais s’il y a une morale, elle me paraît un peu délicate… 

Graphiquement, Manu Delente aborde la question avec un noir et blanc très réussi. Les pages sont denses, riches en détails et les ambiances très réussies. Je ne connaissais pas cet auteur et force est de constater que je vais m’y intéresser au plus vite. L’utilisation à bon escient d’hachures donne du volume à l’ensemble. Seul bémol : je trouve que toutes les jeunes filles se ressemblent un peu. C’est tellement étrange que c’est peut-être voulu. 

Au final, j’ai beaucoup apprécié ce « Début de Siècle ». Malgré un sujet un peu éculé, il dresse un portrait original et attachant de ce Jean-Philippe. Un bel ouvrage sur le sentiment de solitude et les efforts vains que l’on déploie pour en finir avec.

par Belzaran

Note : 14/20

Publié dans Chronique sociale

Commenter cet article