L'Infiniment Moyen - Fabcaro

Publié le par BlogBrother

linfinimentmoyen.jpg


Titre : L'infiniment Moyen
Scénariste : Fabcaro
Dessinateur : Fabcaro
Parution : Avril 2011


Dans « L’infiniment moyen », Didier Tronchet dit dans sa préface que Fabcaro « met beaucoup d’application à ne pas être connu ». Et c’est bien dommage, car Fabcaro a du talent à revendre ! « L’infiniment moyen » est un recueil de planches déjà parues entre 2003 et 2011, notamment dans Psikopat, Bedaine et CQFD. Un florilège sur 8 ans de dessin, on pourrait craindre un ensemble disparate. Heureusement, ce n’est pas du tout le cas. 

« L’infiniment moyen » comporte trois types de planches. Les premières sont muettes et la chute est souvent un contre-pied complètement absurde. Les deuxièmes sont plus classiques, avec dialogues et chutes finales (où l’auteur se met parfois en scène). Enfin, quelques illustrations complètent le tableau. Le tout est évidemment entièrement humoristique. 

La variation des situations et des personnages peut être pris comme un défaut et pourtant il est aussi révélateur de la capacité de Fabcaro à faire des blagues en créant un contexte rapidement. Pas d’univers sur lequel se reposer, pas de blagues récurrentes, uniquement de l’instantané. Et force est de constater que le tout est très drôle, oscillant entre le classique et le franchement glauque. Il y en a pour tous les goûts. 

Je tiens à féliciter les personnes qui ont participé à la maquette de cet ouvrage. En effet, les différents types de planches sont parfaitement équilibrés entre illustration, muet et parlant. On croirait presque que c’est un ouvrage dessiné pour l’occasion. On découvre ainsi un Fabcaro possédant un véritable univers, une ambiance pleine d’humour noir et décalé. On est souvent surpris et les rires sont fréquents lors de la lecture. Encore une fois, Fabcaro confirme tout le bien que je pense de lui. 

Le style graphique de l’auteur est toujours aussi sympathique. Le trait est dynamique, tout en noir et blanc. C’est un vrai plaisir. Une mention spéciale est à accorder aux visages qui semblent toujours sur la brèche, que ce soit d’angoisse, de colère ou de désespoir. Les personnages ne semblent jamais sereins (et ceux qui semblent heureux sont source d’angoisse pour les autres). Cela participe fortement à l’ambiance noire qui se dégage des planches. 

Au final, « L’infiniment moyen » est un recueil des plus réussis. Certes, ce n’est peut-être pas le meilleur moyen de découvrir Fabcaro, mais il comblera sans peine les adeptes de l’auteur et les lecteurs amateurs d’humour grinçant.

par Belzaran

Note : 15/20

Publié dans Humour

Commenter cet article