La Guerre des Sambre, Werner & Charlotte, T2 : La Messe Rouge - Yslaire & Marc-Antoine Boidin

Publié le par BlogBrother

werneretcharlotte2.jpg


Titre : La Guerre des Sambre, Werner & Charlotte, T2 : La Messe Rouge
Scénariste : Yslaire
Dessinateur : Marc-Antoine Boidin
Parution : Octobre 2011


« Sambre » est une grande fresque historique dont le cycle principal est actuellement composé de six tomes. Elle nous conte le destin tragique de Julie et Bernard. Ce dernier est l’héritier de la famille Sambre qui semble hanter par une malédiction. L’auteur, Yslaire, a décidé de nous conter les origines de cette famille en écrivant une série de trilogies traitant des différents ancêtres de Bernard. « Werner et Charlotte » concerne ses arrière-grands-parents. Le second tome de cette histoire est apparu dans les librairies le mois dernier. Yslaire s’occupe toujours du scénario. Contrairement à la série mère, ce « spin off » est dessiné par Marc-Antoine Blondin. Edité chez Glénat, cet album est un objet de qualité. Son prix avoisine treize euros.  

Dans le tome précédent, nous découvrions tout d’abord Charlotte. Jeune fille, meilleure amie de la future Marie-Antoinette, elle vit à la cour d’Autriche avec sa mère et son père. Ce dernier est le professeur de diction de son amie. Sa mère, Jeanne-Sophie, est une mante religieuse adepte de manipulation et de luxure, accompagnée de peu de scrupules. Elle est pleine d’ambition pour l’avenir de sa fille. Sa quête d’un mari bien sous tous les rapports, qu’ils soient financiers ou politiques. Mais son plan possède une faille de taille. Charlotte est éprise de Werner, jeune orphelin, sous la protection du frère de la reine. Ce second tome reprend donc où il s’est arrêté. Jeanne-Sophie persiste à manigancer pour éloigner sa fille de son amour et cherche à la mettre dans les bras d’un noble fade mais au statut clinquant. Et pour cela, tous les moyens sont bons… 

Cet opus est la suite du précédent. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, il est indispensable d’avoir lu le tome précédent pour en saisir la trame. Par contre, il n’est pas forcément indispensable d’avoir découvert la série initiale. Même si un fil conducteur les rejoint, une lecture nouvelle et indépendante de « Charlotte et Werner » est tout à fait possible. Au-delà de l’intrigue, l’attrait de cet album réside dans la dimension historique qui accompagne son déroulement. On s’immerge dans cette période qui précède la Révolution Française. J’ai rarement eu l’occasion de m’y plonger et je trouve que le travail de reconstitution apparait assez complet pour un inculte de l’époque comme moi. 

Mais au-delà de cet aspect important, notre curiosité est avant tout attisée par le devenir du couple maudit que semble être celui que forme Charlotte et Werner. Les deux héros nous apparaissent sympathiques et purs. On ressent assez aisément de l’empathie à leur encontre. Parallèlement, Jeanne-Sophie nous fait peur. Elle semble maitriser parfaitement l’art de la manipulation et de la politique. Elle se joue des hommes grâce à ses charmes et des femmes grâce au chantage ou aux louanges. Elle semble pouvoir arriver systématiquement à ses fins. Entre l’amour d’une fille et l’ambition de sa mère, le combat semble déséquilibrer. Mais comme souvent dans ce genre de rencontre, on soutient de tout cœur les plus faibles… 

L’histoire nous offre un scénario dense et bien construit. Malgré le grand nombre de protagonistes, on ne s’y perd jamais. Pourtant Yslaire ne nous inonde pas de textes explicatifs. Il a une véritable capacité à nous faire assimiler les tenants et les aboutissants des différents événements. De plus, tout cela nous est conté dans une atmosphère picturale de grande qualité. Blondin s’approprie pleinement l’univers de « Sambre ». En feuilletant l’album, c’est le choix chromatique qui nous saute le premier aux yeux. Les seules couleurs utilisées sont le noir, le marron, le blanc et le rouge. Cela développe une atmosphère assez envoutante qui nous transporte immédiatement à la cour autrichienne. Le dépaysement est réussi. A cela s’ajoute un trait de grande qualité qui nous offre des personnages très réussis. On n’a aucun mal à se les approprier tant au niveau physique que psychologique. On arrive à se faire immédiatement et sans mal une impression sur chaque nouveau venu. 

En conclusion, j’ai trouvé cet album très réussi. J’attends avec une impatience certaine la parution du prochain tome qui marquera la fin de cette trilogie. Je trouve qu’Yslaire arrive à nous offrir des albums denses plutôt qu’une trame superficielle qui s’étalerait difficilement sur trois bouquins. Ce n’est pas le cas ici. Je vous conseille donc de partir à la rencontre de Werner et Charlotte. Cela incitera peut-être certains d’entre vous à vous immerger pleinement dans l’univers de « Sambre », grande saga dont la première parution fêtera bientôt ses trente ans.

par Eric the Tiger

Note : 16/20

 

Publié dans Historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article