Le vent dans les saules, T4 : Foutoir au manoir - Michel Plessix

Publié le par Belzaran

 


LeVentDansLesSaules4.jpg


Titre : Le vent dans les saules, T4
Scénario : Michel Plessix
Dessin : Michel Plessix
Parution : Novembre 2001


« Le vent dans les saules » est une série animalière scénarisée et dessinée par Michel Plessix d’après le livre jeunesse du même nom écrit par Kenneth Grahame. A l’ombre des saules et au bord de la rivière, on suit la vie des animaux de la forêt : Taupe, Blaireau, Rat et l’impossible Crapaud… Le tout est édité chez Delcourt, pour une trentaine de pages par opus. Ce quatrième tome, intitulé « Foutoir au manoir », met fin à la série. 

Dans le troisième tome, nous avions laissé Crapaud en pleine évasion de la prison des humains. Voilà que lors d’une embardée en voiture (une nouvelle fois !), il s’était retrouvé éjecté dans la rivière, en train de couler… Mais évidemment, il est sauvé par ses amis, pour mieux être accablé : en son absence, son manoir Tétard a été réquisitionné par des belettes, furets et autres hermines du Bois Sauvage... 

 

Un savant mélange d’humour, d’aventure et de poésie

Si « Le vent dans les saules » est avant tout un savant mélange d’humour, d’aventure et de poésie, force est de constater que cette conclusion met l’humour en avant. La reconquête du manoir fera la part belle à l’action, mais c’est bien le rire qui est omniprésent ici. C’est une conclusion assez logique. Alors que les premiers opus mettaient l’accent sur l’ambiance et introduisaient les personnages peu à peu, nous sommes désormais en terrain connu. C’est un plaisir de retrouver les personnages et les clins d’œil qui vont avec (les hérissons qui font l’école buissonnière pour ne citer qu’eux). 

Outre l’incroyable sympathie que l’on a pour les personnages, la narration est de grande qualité. Michel Plessix fait preuve de beaucoup d’intelligence et de créativité dans son découpage. L’exemple marquant est ce flashback réalisé à partir du carnet de Taupe. Les tailles et formes de cases sont diverses et variées et toujours au service de la narration. 

Cette narration ne serait rien sans le dessin incroyable de l’auteur. Ce dernier est à l’aise dans tous les registres. Les gros plans sont puissants, les décors splendides (on remarquera d’ailleurs le travail sur le manoir, tout aussi stupéfiant que celui de la nature). Quant aux couleurs, elles mettent d’autant plus en valeur le dessin grâce à des aquarelles de toute beauté. Un des plus grands dessinateurs actuels, assurément ! 

C’est avec un peu de tristesse que l’on voit se terminer cette série, malgré la joie et la bonne humeur de ce tome. Heureusement, Michel Plessix était autant amoureux que nous de cette univers et il a décidé de rempiler avec « Le vent dans les sables ». Quoiqu’il en soit, avec un dessin magnifique, beaucoup de poésie, de l’humour et de l’action parfois débridée, Michel Plessix a créé ce qui restera une série majeure de la bande-dessinée animalière.

coupdecoeur-copie-1

par Belzaran

Note : 20/20

Publié dans Poétique

Commenter cet article