Légendes de la Garde, T2 : Hiver 1152 - David Petersen

Publié le par BlogBrother

legendesdelagarde.jpg


Titre : Légendes de la Garde, T2 : Hiver 1152
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2011


A Noël dernier, mon frère m’a offert l’ouvrage « Légendes de la Garde – Automne 1152 ». Il s’agissait d’un recueil d’histoires mettant en œuvre des souris organisées en société pour survivre dans un univers hostile. J’avais été plutôt séduit par l’univers créé par l’auteur nommé David Petersen. J’ai donc décidé de m’offrir la suite des aventures de ces rongeurs intitulés logiquement « Légendes de la Garde – Hiver 1152 ». Edité chez Gallimard dans un ravissant ouvrage à la forme presque carrée, cet album se compose de plus de cent cinquante pages. La parution du bouquin date du début de l’année deux mille onze. Son prix avoisine vingt euros. La couverture nous présente une souris au pelage gris. Elle fume la pipe. Elle a le dos chargé et affronte une tempête de neige. L’atmosphère hivernale nous envahit immédiatement. Il ne reste plus qu’à s’y plonger immédiatement en attaquant notre lecture.

La quatrième de couverture ne nous offre qu’une illustration nous présentant quatre souris en train de lutter dans cette tempête de neige. C’est en découvrant l’avant-propos qui précède l’histoire qu’on peut découvrir un résumé de la trame : « La saison des glaces s’est installée sur les territoires. La Garde est à court de vivres et de médicaments. La petite équipe d’aventuriers doit se séparer et se résoudre à de terribles choix. Toutes les grandes sociétés savent relevés les défis qui se présentent, et la Garde ne fait pas exception. Avec abnégation, ses membres résistent au temps et bravent les prédateurs. Face aux épreuves de l’hiver, leur héroïsme paraît plus éclatant encore. »

Cet ouvrage est relativement grand public. Il utilise des codes finalement proches de la fantasy. En effet, le fonctionnement de la société présentée se rapproche de nos repères médiévaux. La Garde qui se compose donc de souris dont la mission est de protéger voit ses membres être armés d’épée et habillés d’une cape. On utilise une nouvelle fois des repères chevaleresques. Sur ce plan-là, les adeptes du genre verront leur intérêt chatouillé. La narration se décompose en six chapitres. Chacun est précédé d’une page faisant le point sur l’état de l’intrigue. Cela permet à l’histoire de voir ses étapes bien marqués et son cheminement marqué. Cela participe à l’atmosphère particulière qui accompagne notre lecture.

Le fil conducteur est relativement simple. L’hiver est rude et les réserves viennent à manquer. Les meilleurs éléments de la Garde se voient confier la mission d’assurer l’approvisionnement. On suit donc un groupe de souris qui ne nous sont pas inconnues. En effet, elles étaient déjà au centre de l’histoire dans l’opus précédent. Au-delà de la météo compliquée, de nombreuses épreuves vont se trouver sur leur chemin et attiser ainsi notre curiosité. La richesse de l’histoire va donc résider dans la variété des épreuves qui vont être soumises à nos héros. Dans le premier ouvrage de la série, mon regret avait été que la richesse animalière qui habite dans l’univers des souris était sous-exploitée. On avait le sentiment que les rongeurs vivaient seuls dans la forêt. Dans ce nouvel album, l’auteur exploite davantage les prédateurs, adversaires ou acolytes des souris. Cela offre davantage d’originalité à l’histoire et permet des surprises et des scènes plus variées. C’est une agréable évolution.

Du côté des dessins, on retrouve le trait de David Petersen que j’avais découvert dans l’ouvrage précédent. Je le trouve plutôt réussi dans le sens où on n’a aucun mal à reconnaitre chaque souris malgré leur forte ressemblance apparente. Il arrive à leur générer une réelle identité graphique. C’est une réelle performance. De plus, je trouve que les paysages hivernaux prennent une ampleur que l’automne ne possédait pas. Je trouve qu’il se dégage une atmosphère prenante et réaliste qui habite intensément notre lecture. L’usage des couleurs est subtile et participe activement à cette réussite.

En conclusion, je ne regrette pas de m’être offert ce bouquin. J’ai passé un vrai bon moment de lecture. Mon intérêt n’a cessé de croître tout au long des cent cinquante pages qui composent cette histoire. Je trouve cet ouvrage de meilleure qualité que le précédent que j’avais pourtant trouvé agréable. Je suis donc curieux de savoir si David Petersen a l’intention de donner une suite aux légendes de la Garde. Une chose est certaine : si c’est le cas, je partirais à leur rencontre avec joie. Mais cela est une autre histoire… 

par Eric the Tiger

Note : 14/20

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Belzaran 04/10/2012 14:11


Il me semble que j'avais offert le premier tome à ta conjointe...

BlogBrother 05/10/2012 17:52


Il te semble bien...