Leonard, T42 : Le génie des grandeurs - Bob de Groot & Turk

Publié le par BlogBrother

leonard42.jpg


Titre : Leonard, T42 : Le génie des grandeurs
Scénariste : Bob De Groot
Dessinateur : Turk
Parution : Décembre 2011


« Léonard » est une série que j’associe à mon enfance. J’ai souvent eu l’occasion de découvrir les expériences et les aventures d’un des plus célèbres inventeurs du neuvième art. En février dernier est paru le quarante-deuxième tome de cette série historique. J’ai donc décidé de me faire un petit plaisir en me l’offrant. Edité chez « Le Lombard », il est de format classique. Il s’intitule « Le génie des grandeurs » et son prix avoisine les onze euros. La couverture nous le présente apeuré avec son disciple. Apparemment, ils ont à affronter un oiseau géant à voir la taille de patte immense qui marque la pelouse. Cet album est évidemment l’œuvre conjointe de Turk et De Groot. 

Pour ceux qui ne connaissent pas ce héros, il est important de savoir que Léonard est un inventeur à l’imagination débordante. Pour mener à bien la concrétisation de ses projets, il est accompagné d’un disciple, avide de science. Ce dernier sert davantage de souffre-douleur et de dommage collatéral à son grand désarroi. On découvre également des personnages secondaires tels qu’un chat et une souris qui parlent…

« Léonard » est une série qui s’adresse à tous les publics. Cet album ne déroge pas à la règle. Comme souvent, il se décompose en petites histoires oscillant entre une et huit pages. Chacune est indépendante et est centrée autour d’une invention ou d’une idée de notre cher génie. Cela offre une lecture dynamique. Le gag débute par une fulgurance de Léonard. S’ensuit la concrétisation de cette dernière pour aboutir à la chute finale. Evidemment suivant le nombre de pages, la phase de conception est plus ou moins approfondie. Mais en tout cas, le fil conducteur reste toujours le même. Cela a pour conséquence d’ailleurs de faire cet album un opus qui se feuillette avec plaisir à tout moment. Il ne nécessite pas une lecture d’une traite. En effet, les gags du tome ne sont pas reliés par un thème particulier. 

Malgré la construction quasi systématique de chaque histoire, les auteurs utilisent plusieurs recettes pour satisfaire leurs lecteurs. L’une d’entre elles consiste à faire inventer à Léonard des choses anachroniques. Dans « Le génie des grandeurs », on le découvre dans l’espace. Cette information me fait remarquer que j’ai oublié de préciser pour les néophytes de cet univers que cette série se déroule à l’époque de la Renaissance car Léonard est à relier avec ce cher Léonard de Vinci. Le choc des époques apparait ainsi plus évident. Une des autres astuces utilisées consiste à faire inventer à Léonard l’ancêtre d’une invention qui occupe notre quotidien. Dans cet opus, la presse people est utilisée de cette manière-là. Enfin, la méthode la plus utilisée consiste à votre ce cher Léonard avoir les yeux plus gros que le ventre et le voit inventer des choses qui se retournent contre lui et plus particulièrement contre son disciple masochiste. 

Les dessins sont simples. Ils correspondent vraiment au style franco-belge classique qui correspond parfaitement à son public familier. Les petits prendront plaisir à voir le côté « cartoon » de certaines cases. Par exemple, quand on découvre le disciple écrasé sous le poids très lourd d’une invention mal dosée, on est proche de Tex Avery. De la même manière, les personnages sont très expressifs. Le côté enthousiaste et excentrique de Léonard donne lieu à une ambiance délurée qui est valorisée par le trait du dessinateur qui offre des visages et des attitudes dans cette lignée. 

En conclusion, « Le génie des grandeurs » est un ouvrage dans la lignée des précédents de la série. La qualité est la même que dans mes souvenirs d’enfant. On pourra reprocher un côté répétitif à certains gags. Je ne peux pas le contredire. Mais c’est toujours un plaisir de se plonger ponctuellement dans le laboratoire de ce cher Léonard. Il suffit de peu de pages pour nous chatouiller les zygomatiques. N’est-ce pas ce qu’on vient y chercher ? 

par Eric the Tiger

Note : 11/20

Publié dans Humour

Commenter cet article

Yaneck Chareyre 08/07/2012 13:09


Bref, en lire un, ça passe, se faire la série, c'est l'assurance de se faire chier?

BlogBrother 08/07/2012 16:57



C'est une série qui nécessite une lecture ponctuelle. On s'y plonge alors avec plaisir. Par contre, il ne faut pas en abuser au risque de friser l'indigestion...