Les derniers corsaires - Marc Richard & Jocelyn Houde

Publié le par Eric the Tiger

lesdernierscorsaires.jpg


Titre : Les derniers corsaires
Scénariste : Marc Richard
Dessinateur : Jocelyn Houde
Parution : Janvier 2012


« Les derniers corsaires » est un ouvrage apparu dans les librairies cette année. J’en avais lu une critique élogieuse dans un magazine spécialisé dans le neuvième art. En découvrant l’album, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une réédition d’un album paru il y a quelques années. Néanmoins, cela était anecdotique quant à l’attrait que pouvait générer la lecture de cette aventure. Le bouquin est d’excellente qualité. Il se compose quasiment d’une soixantaine de pages. Edité chez La Pastèque, cet ouvrage est vendu pour un prix proche de dix-huit euros. Je ne connaissais pas du tout les auteurs. Il s’agit du scénariste Marc Richard et du dessinateur Jocelyn Houde. La couverture nous transporte en plein combat naval. On se trouve sur la mer découvrant un navire de guerre. J’ai rarement été plongé dans cet univers et cela ne fait qu’attiser ma curiosité.

La quatrième de couverture nous présente peu de mots. Ce sont les suivants : « Au XXème siècle, les corsaires existent toujours, ils surgissent maintenant des profondeurs… » C’est court et synthétique. Mais cela offre une grande ouverture pour notre imagination et intrigue suffisamment le lecteur pour qu’il se lance rapidement dans la lecture.

Finalement l’histoire se construit autour d’un homme sans talent particulier. Il est second sur un sous-marin durant la seconde guerre mondiale. Il est le fil conducteur de la trame. L’intrigue se décompose en trois grandes étapes qui correspondent chacune à une mutation du personnage principal. La narration est chronologique et sans innovation au niveau structurel. Ce n’est pas un problème car le contenu est suffisamment passionnant pour ne pas nécessiter des artifices. La narration ne cherche pas réellement à nous faire découvrir le quotidien de la vie dans un sous-marin de guerre. Les batailles et les tactiques marines s’enchainent à un rythme soutenu et offre une lecture rythmée. Je trouve toujours passionnant de voir le commandant réfléchir à la manière avec laquelle il va pouvoir tromper son adversaire. Aucun combat ne ressemble à un autre. Alors que l’ennui aurait pu nous guetter par la succession de scènes en apparence répétitives, ce n’est absolument pas le cas. Au contraire, chacun des prémices d’attaque attise notre curiosité quant à son contenu et à son déroulement.

Mais l’attrait de la lecture ne réside pas uniquement dans cette succession de lâchers de missiles mais également dans le rôle joué par ce fameux second dont je vous parlais précédemment. Walter Wolf nous apparait comme quelqu’un de plutôt médiocre qui n’est pas nécessairement apprécié par son commandant qui lui reconnait peu de mérite. Il faut dire que ses premières initiatives ne sont pas couronnées de succès. Lui rêve de diriger, notre première impression nous fait douter de sa réussite. On ressent davantage de la compassion que de la sympathie à son encontre. Même s’il ne possède ni particularité ni charisme, on est malgré curieux de connaitre son devenir. On n’arrive pas à trancher si on lui souhaite de devenir enfin commandant ou de trouver sa voie ailleurs dans un autre domaine. Bref, Wolf est un personnage pas facile à cerner et cela participe à l’intérêt de la lecture.

Cet intérêt est amplifié par l’atmosphère qui habite la lecture. Le trait de Jocelyn Houde se rapproche de celui d’un Hugo Pratt. On peut trouver une certaine parenté entre cet univers et celui de Corto Maltese. Le trait pourra gêner certains lecteurs habitués aux bandes dessinées franco-belges classiques. Néanmoins, cette immersion dans ce monde graphique est agréable et prenante. On est vraiment habité par l’ambiance qui règne dans ce sous-marin en période de guerre. Je trouve que le travail du dessinateur et remarquable et faire naitre une véritable emprise de l’histoire. 

Il est évident que « Les derniers corsaires » est un album de qualité. Sa trame est bien construite. Sa thématique est originale et intéressante. Le travail graphique et scénaristique est certain. Bref, il s’agit d’une lecture agréable. Je garde un bon souvenir de cette découverte. Je suis curieux de savoir si tout le monde succombe aux charmes de cet ouvrage car il possède une réelle identité qui ne conquerra pas forcément tout le monde…  

par Eric the Tiger

Note : 15/20

Publié dans Guerre

Commenter cet article