Les Forêts d'Opale, T6 : Le Sortilège du Pontife - Christophe Arleston & Philippe Pellet

Publié le par BlogBrother

lesforetsdopale6.jpg


Titre : Les Forêts d'Opale, T6 : Le Sortilège du Pontife
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Philippe Pellet
Parution : Octobre 2009


« Le sortilège du pontife » est le sixième tome de « Les forêts d’Opale ». Sa parution date d’octobre deux mille neuf. Edité aux éditions Soleil, il se compose d’une cinquantaine de pages et est d’un format classique. Son prix avoisine les quatorze euros. Cet ouvrage est l’œuvre conjointe de Christophe Arleston et de Philippe Pellet. Le premier se charge du scénario et le second des dessins. La couverture est très réussie. Elle nous offre un Ghörg, démon de son état, s’apprêtant à faire sa fête à un soldat avec son imposante hache. Le fond est couleur flamme. A priori, il va y avoir du sport dans cet album. Espérons que les annonces ne soient pas vaines à ce niveau-là ! 

Pour ceux qui n’auraient lu ni les opus de cette série ni mes critiques sur les tomes précédents, je vous cite le résumé qui est fait de l’histoire sur la quatrième de couverture de chacun des ouvrages de cette saga. « Opale est le monde des forêts. Le clergé de la Lumière y fait régner un pouvoir assis sur la puissance des Pierres Magiques. Mais Darko est celui qui doit réaliser la Prophétie et faire revenir les Titans pour libérer les Cinq Royaumes… Aidé du barde Urfold, de la jolie jongleuse Sleilo et du monstrueux Ghörg, Darko est plongé dans une aventure où se joue le destin d’un monde… Une grande saga vivante, de la pure fantasy ! »  

Cela fait maintenant des années qu’on erre dans les forêts d’Opale. En effet, la parution du premier tome date d’une dizaine d’années. Le groupe s’est étoffée depuis quelques opus de la ravissante Tara, ancienne général paladin de la Lumière, qui a renié son engagement à ce gouvernement convaincu pour aider Darko à réaliser sa quête. Le cinquième ouvrage avait redonné du souffle à la trame principale qui avait tendance à tomber en hibernation lors des opus précédents. J’espérais donc ma curiosité ainsi attisée allait voit sa flamme à nouveau alimentée en découvrant « Le sortilège du pontife ». 

La lecture ne souffre d’aucun temps mort. Dès les premières pages, on en prend plein les mirettes en découvrant un démon terrifiant en recherche de son maître. Pendant ce temps, le pontife Xarchias, méchant de l’histoire s’apprête à porter un coup fatal à Darko est ses amis en mettant en place un cérémonial puissant de magie noire avec l’aide de son maître angoissant. Pour cela, il doit réunir ses sept enfants disséminés à travers le monde. Cette quête va servir de fil conducteur tout au long de l’ouvrage. Surtout que celle-ci nous offre une révélation de taille qui ne nous laisse pas indifférente. Elle intensifie même notre pour ce compte à rebours qui nous mène à ce qui ressemble à un grand combat final. 

Le bémol qui aurait pu naître de cette attente de l’issue finale est un ventre mou de la lecture sans grand intérêt. Ce n’est pas le cas. La présence de Darko et ses amis à Onze Racines, repère de la résistance offre beaucoup de moments importants essentiellement basés sur les rapports entre les personnages et les sentiments qui les accompagnent. Bien que le dénouement sanglant de notre lecture soit irrémédiable, cela n’empêche pas la majorité du bouquin de se montrer relativement peu fourni en bataille et combat. Certains trouveront peut-être que cette attente aurait pu être réduite et offrir ainsi une trame plus intense. Je ne partage pas cet avis. Je trouve au contraire que ces moments moins violents ou dynamiques sont clairement le calme qui précède la tempête. Je trouve que la montée en puissance est dosée en alternant les moments plutôt posés à Onze Racines et les moments plus durs et cruels qu’offre l’armée du pontife dont son avancée irrémédiable vers nos héros.

Les dessins sont dans la lignée des tomes précédents. Ils accompagnent parfaitement l’histoire. Ils sont dans la lignée des illustrations qui accompagnent ces grandes sagas de fantasy grand public. Les filles sont bien roulées, les monstres sont nombreux et hauts en couleur. Les décors qu’ils soient urbains ou forestiers sont colorés et participent au dépaysement qui accompagne notre lecture. Les traits des personnages sont classiques. Ils ne révolutionnent pas le genre. Néanmoins, ils possèdent une vraie personnalité picturale et leurs émotions sont bien traduites par le trait de Philippe Pellet. 

En conclusion, « Le sortilège du Pontife » m’a plutôt plu. Même si je ne l’ai pas trouvé aussi dense et rythmé que le précédent tome, je trouve qu’il s’agit d’un des meilleurs de la série. De plus, le dénouement amène son lot de surprises et de questions qui incite donc à se plonger dans le septième album au plus vite. Ce dernier s’intitule « Les dents de pierre ». Il s’agit d’ailleurs du dernier tome paru pour l’instant. Une fois celui-ci lu, il faudra donc attendre patiemment la suite. Mais à chaque jour suffit sa peine. Cela est une autre histoire…

par Eric the Tiger

Note : 14/20

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article