Les naufragés d'Ythaq, T11 : L'haleine de l'ogre - Christophe Arleston & Adrien Floch

Publié le par Eric the Tiger

LesNaufragesdYthaq11.jpg


Titre : Les naufragés d'Ythaq, T11 : L'haleine de l'ogre
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Adrien Floch
Parution : Septembre 2013


L’haleine de l’ogre est le onzième tome de Les naufragés d’Ythaq. Cette série mêlant science-fiction est fantasy est née il y a un petit peu moins de dix ans. C’est la présence de Christophe Arleston au scénario qui m’avait attiré. Entre Lanfeust des Etoiles, Les maîtres cartographes ou encore Les forêts d’Opale, l’auteur est un spécialiste de ce type d’univers et de saga. Les débuts de l’aventure avaient été prometteurs. L’idée était intéressante et les personnages attachants. Hélas, la qualité avait tendance à diminuer au fur et à mesure que les derniers tomes sortaient et la conclusion lors du neuvième épisode était, à mes yeux, une cruelle déception. Curieusement, Arleston et le dessinateur Adrien Floch firent naître un second cycle à la série avec la parution d’un dixième tome l’année dernière. L’ouvrage que j’évoque aujourd’hui s’inscrit donc dans la continuité de ce dernier.

La quatrième de couverture nous présente les mots suivants : « Narvarth, Granite, Callista et Krurgor sont de retour sur leur planète. Seul Narvarth dispose des clefs qui permettent de passer dans l’univers parallèle, celui d’Ythaq. Mais cette infinité de mondes nouveaux à portée de main et les richesses qu’ils augurent excitent bien des convoitises… »

Le dixième acte, Nehorf-Capitol Transit, marquait le retour d’exil des héros. Le lecteur n’était donc plus sur Ythaq mais dans un monde qui lui était jusqu’alors inconnu. Les auteurs nous plongeaient donc dans des arcanes politiques que j’avais trouvés assez brouillonnes et bancales. Le second départ de la saga m’apparaissait assez décousu boiteux. J’espérais que ce nouvel album installe la trame sur des bases plus solides.

Sur quelques aspects, l’évolution s’est avérée positive. En effet, l’intrigue est plus simple et cadrée. Les enjeux sont clairement établis. La narration offre deux fils conducteurs parallèles. Cela permet de densifier le propos sans pour autant y faire suffoquer le lecteur. De plus, chaque « naufragé » trouve une place intéressante et aucun n’est oublié. Cela permet de retrouver la bonne humeur que dégageaient ces acolytes hauts en couleur. Le caractère volcanique de Granite, la peste Callista, Narvarth et Krurgor forment un casting réussi qui avait été un petit peu négligé à mon goût dans le dixième tome. 

 

Une intrigue trop faible

Je viens de faire le tour des qualités de cet ouvrage. Dans bien d’autres domaines, je suis sorti déçu de ma lecture. L’intrigue manque d’ampleur. Elle semble se concentrer sur le fait que des personnes puissantes veulent récupérer des clés vers un monde parallèle. En termes d’épaisseur, nous n’allons pas plus loin. Je n’ai pas le sentiment que la partie de l’histoire qui nous est cachée soit bien passionnante. Le premier cycle était construit sur une idée originale dont la révélation était un vrai bon moment de surprise. Je doute que cela se reproduise ici. La conséquence est qu’après deux tomes, je m’interroge sur la voie suivie par les auteurs. Je me demande même s’ils la connaissent. J’ai le sentiment sincère que les événements des deux premiers tomes auraient pu se contenir dans un seul.

La faiblesse de l’intrigue devrait laisser de la place aux personnages. Ce type de saga génère souvent un casting varié et réussi. Les nouveaux venus ne m’ont pas fait une forte impression. Un geôlier apparu dans l’acte précédent semblait posséder un potentiel intéressant. Il a disparu des radars. Il laisse donc la place à des nobles de l’espace au charisme insuffisant. Les méchants manquent d’aura. Les héros ont vécu de grandes aventures et ont combattu des ennemis puissants. Ce second cycle souffre de la comparaison sur ce plan. C’est toujours dommage car la qualité du méchant reste un critère important dans la réussite d’une aventure.

Le dessin d’Adrien Floch est une des constantes de la série. Son trait me plaît beaucoup. Je trouve qu’il s’accommode parfaitement avec l’univers écrit par Christophe Arleston. Il fait naître des décors dépaysant à souhait et sa capacité à donner une identité forte à ses personnages n’est plus à démontrer. Néanmoins, j’ai trouvé cet album plus pantouflard sur le plan graphique que les précédents. Est-ce dû aux faiblesses du scénario ? Peut-être. Néanmoins, la dimension épique du propos ne ressent pas autant que je l’espérais dans les illustrations. Malgré tout, l’ensemble reste plus que correct et ce n’est pas dans ce domaine qu’est née ma déception.

Au final, L’haleine de l’ogre n’a pas éteint mes inquiétudes de lecteur apparues en refermant le tome précédent. J’ai même tendance à dire qu’elles ont été ravivées. Je rêve de voir Arleston offrir une trame simple vécue par des personnages réussis et dont la lecture serait accompagnée de vannes à un rythme effréné. Se réalisera-t-il dans le prochain opus ? La question reste entière…

par Eric the Tiger

 Note : 11/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article