Les Naufragés d'Ythaq, T4 : L'Ombre de Khengis - Christophe Arleston & Adrien Floch

Publié le par BlogBrother

lesnaufragesdythaq4.jpg


Titre : Les Naufragés d'Ythaq, T4 : L'Ombre de Khengis
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Adrien Floch
Parution : Juin 2007


« L’ombre de Khengis » est le quatrième tome de « Les naufragés d’Ythaq ». Sa parution chez Soleil date de juin deux mille sept. Le scénario est l’œuvre de Christophe Arleston, auteur également de « Lanfeust des Etoiles », « Les maitres cartographes » et « Les forêts d’Opale ». Les dessins sont le fruit du travail d’Adrien Floch, déjà découvert dans « Shloka ». « L’ombre de Khengis » est un album de format classique dont le prix avoisine les quatorze euros. L’histoire s’étale sur une cinquantaine de pages.

La quatrième de couverture présente cette saga avec les mots suivants : « Un luxueux vaisseau de croisière s’écrase sur Ythaq, une planète qui, curieusement, n’est répertoriée nulle part. Parmi les survivants, une jeune et intrépide astro-navigatrice, un technicien poète et une belle passagère. Traqués par d’impitoyables mercenaires, ils vont découvrir un monde médiéval où cohabitent peuples et espèces aux coutumes surprenantes. Mais les naufragés sont-ils là par hasard ? Quel terrible secret se cache derrière les ors et les pourpres des palais d’Ythaq ? »

Le thème de l’histoire est, comme son titre l’indique, de suivre la quête de naufragés pour rentrer chez eux. Sauf que contrairement à Robinson Crusoé, ils n’ont pas échoué sur une île mais sur une planète. Un des plaisirs de la lecture réside dans le fait de découvrir en même temps que les héros ce nouvel univers. Tout comme eux, on part à l’inconnu et on s’attache à chaque nouvelle rencontre ou nouvelle information pour maitriser davantage le monde qui nous entoure. Sur ce plan-là, le troisième tome « Le soupir des étoiles » m’avait déçu. L’histoire avait stagné et le fil conducteur avait été négligé au profit de combats et de batailles sans grand intérêt. J’espérais donc que « L’ombre de Khengis » marquerait le retour de la marche en avant de cette trame attrayante.

Les premières pages vont dans ce sens. Les auteurs nous font rencontrer un autre groupe de naufragés issus du même vaisseau que Granite et ses amis. Cela offre un second front à l’intrigue. Cela a pour conséquence de la densifier un petit peu. De plus, on rencontre une nouvelle fois Khengis, personnage angoissant au physique reptilien impressionnant. Il prend dans cet ouvrage une place bien plus importante et son statut dans l’histoire prend du grade. Ce quatrième opus nous fait également découvrir de nouveaux personnages. Bref, les informations pullulent sans pour autant nous noyer. Notre curiosité sort de la torpeur dans laquelle l’avait plongé le précédent opus. On se passionne à nouveau pour cet univers qui se complexifie et qui nous offre de nouvelles zones d’ombres intrigantes.

En plus de nous présenter un scénario plus réussi, les auteurs ne négligent pas pour autant ses personnages. Leur groupe renforce ses liens devant l’adversité qui se présente à eux. Chacun se révèle à sa manière. Ils apparaissent en danger car les attaques arrivent de toute part. Cela a également pour conséquence d’intensifier l’empathie qu’on ressent à leur égard. On rencontre également un grand nombre de personnages secondaires à la fois chez les gentils et chez les méchants. Néanmoins, le camp de certains apparait plus ou moins clair. Cet album se clôt d’ailleurs sur une révélation qui nous l’envie irrépressible de nous plonger dans le tome suivant. 

Cette densité scénaristique s’accompagne évidemment de scènes d’action très réussies. On les savoure d’autant plus qu’elle ne tombe pas dans la surenchère et qu’elle possède une légitimité narrative. Floch maitrise d’ailleurs parfaitement l’art de la bagarre et de la poursuite. Mais son talent ne s’arrête pas là. Il nous offre des décors dépaysant et variés. Dans le même album, on est immergé des zones polaires puis quelques pages plus tard on se trouve perdu au milieu d’une forêt d’apparence tropicale. Les scènes nocturnes succèdent des scènes lumineuses. Bref, on voyage beaucoup au cours de cet album pour notre plus grand plaisir. Ce phénomène est mis d’autant plus en valeur que les couleurs sont chatoyantes et vives. 

En conclusion, « L’ombre de Khengis » a fait disparaitre la déception née du précédent tome. « Les naufragés d’Ythaq » a repris son envol dans ce tome. Il s’agit d’une série de fantasy plutôt classique mais malgré tout divertissante. Les personnages sont réussis, le scénario s’est densifié et les paysages sont variés et réussis. Il ne me reste donc plus qu’à espérer que le cinquième tome de cette série intitulé « L’ultime arcane » confirme cette montée en puissance. Mais cela est une autre histoire…  

par Eric the Tiger

Note : 15/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article