Les Naufragés d'Ythaq, T6 : La Révolte des Pions - Christophe Arleston & Adrien Floch

Publié le par BlogBrother

lesnaufragesdythaq6.jpg


Titre : Les Naufragés d'Ythaq, T6 : La Révolte des Pions
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Adrien Floch
Parution : Septembre 2008 


« La révolte des pions » est le sixième tome de « Les naufragés d’Ythaq ». Sa parution chez Soleil de septembre deux mille huit. D’un format classique, cet album est scénarisé par Christophe Arleston et dessiné par Adrien Floch. Le premier est l’auteur entre autre de « Lanfeust de Troy », « Les maitres cartographes », « Les forêts d’Opale » ou encore « Le chant d’Excalibur ». J’ai découvert le second par ses illustrations de la série « Slhoka ». Cette série se compose de neuf tomes. La couverture de l’ouvrage nous met en avant Granite, la ravissante héroïne au pied d’une colline dominée par ce qui apparait être un temple. La nuit et l’immense lune qui agrémente le ciel rende cette illustration très plaisante. On y découvre même deux bestioles bleues aux traits félins qui nous sont jusqu’à maintenant inconnues. 

Comme à chacune de mes critiques sur cette série, je vous cite la présentation faite par les auteurs sur la quatrième de couverture. Cela permet aux lecteurs ne connaissant par l’histoire d’en maitriser les grandes lignes. « Un luxueux vaisseau de croisière s’écrase sur Ythaq, une planète qui, curieusement, n’est répertoriée nulle part. Parmi les survivants, une jeune et intrépide astro-navigatrice, un technicien poète et une belle passagère. Traqués par d’impitoyables mercenaires, ils vont découvrir un monde médiéval où cohabitent peuples et espèces aux coutumes surprenantes. Mais les naufragés sont-ils là par hasard ? Quel terrible secret se cache derrière les ors et les pourpres des palais d’Ythaq ? »

Depuis notre rencontre avec les héros dans le premier opus, la trame a bien évoluée. Mes premières impressions voyaient dans cette saga une simple histoire de naufrage spatial à la Robinson Crusoé. On découvrait donc un groupe sympathique et hétéroclite errer sur une planète inconnue dans le seul but de rentrer à la maison. Au fur et à mesure de leurs pérégrinations, on découvre de nouveaux personnages, de nouvelles civilisations. Les méchants apparaissent et intensifient ainsi notre attrait pour les événements. Mais le tome précédent offrait un début de piste d’un grand rebondissement. En effet, les accidents récurrents sur Ythaq ne seraient pas hasardeux. Ils auraient pour objet d’être utilisés dans un jeu immense dont les participants seraient les plus grandes fortunes de la galaxie. Granite et nos héros ne seraient donc que de simples pions qui, comme l’indique le titre, sont amenés à se révolter pour notre plus grand plaisir…

Je vous avoue que la révélation scénaristique qui était amorcée dans le prochain tome m’avait beaucoup plu. Je trouvais l’idée originale et étais impatient d’en connaitre toutes les arcanes. Il s’agissait vraiment d’une idée originale qui ne demandait qu’à prendre une vraie ampleur. En ce sens, la lecture « La révolte des pions » me captivait d’avance. Nos héros se trouvaient sur une île sur laquelle ils allaient rencontrer d’autres naufragés. Mais le centre d’intérêt du lieu résidait malgré tout dans ce temple qui semblait être posséder d’une aura maléfique ou tout du moins très inquiétante. Les ingrédients étaient donc là pour nous satisfaire. Finalement le feu ne prend jamais vraiment. Je trouve que la narration est brouillonne et n’arrive pas à passionner. Il y a trop de micro événements qui parasitent la trame principale. A défaut de densifier l’intrigue, les auteurs nous en éloignent. Certes les dernières pages offrent quelques révélations mais que le chemin pour y arriver fut laborieux et finalement sans grand intérêt. Je trouve que l’intensité a diminué par rapport aux tomes précédents. C’est dommage surtout par rapport aux attentes générées par mes lectures jusqu’alors. 

Adrien Floch se fait plaisir au niveau des dessins. Il y a des bagarres, des batailles, des explosions, des tornades. Cela lui permet de donner libre cours à ses talents pour mettre en valeur le mouvement. C’est un art qu’il maitrise plutôt bien. Cet ouvrage lui permet également d’agrémenter son bestiaire de quelques nouveaux habitants. Certains plus anecdotiques que d’autres mais tous participent à maintenir l’idée selon laquelle nos héros restent sur une planète inconnue. Concernant les personnages, Calista est celle qui est la plus mise en valeur dans cet opus. Son côté capricieuse prend toute son ampleur dans ces territoires hostiles. Granite a moins d’intérêt dans cet album. Cela vient du fait que la trame principale dont elle est un acteur fort est ici négligée. Enfin, Narvarth a une place non négligeable de manière indirecte. En effet, c’est davantage par ce qu’on appréhende pour lui que par ce qu’il vit vraiment dans ce bouquin qu’il apporte son éco à l’histoire.

En conclusion, « La révolte des pions » est un des tomes les plus décevants de la série. Il ne s’y passe pas grand-chose. Les événements qui composent la cinquantaine de pages de l’ouvrage auraient su condenser sur moitié moins. Cela aurait d’offrir une trame plus dense et donc plus passionnante. J’espère donc que le prochain tome intitulé « La marque des Ythes » sera de bien meilleure qualité et fera naitre à nouveau la curiosité qui grandissait en moi lors de mes lectures précédentes. Mais cela est une autre histoire…

par Eric the Tiger

Note : 10/20

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article