Les petits soldats, T2 : D'amour et d'eau fraîche - Jean-Paul Krassinsky & Julien Deval

Publié le par Eric the Tiger

lespetitssoldats2.jpg


Titre : Les petits soldats, T2 : D'amour et d'eau fraîche
Scénariste : Jean-Paul Krassinsky
Dessinateur : Julien Delval
Parution : Août 2012


« Les petits soldats » est un diptyque né de la collaboration de Jean-Luc Krassinski et Julien Delval. Le premier se charge du scénario et le second des couleurs et des dessins. Cette histoire était l’occasion de découvrir le travail de ses deux auteurs dont le travail respectif m’était jusqu’alors inconnu. La première partie, éditée chez Vents d’Ouest, est parue il y a un petit peu plus d’un an. Je l’avais lu avec plaisir. L’univers abrité par l’album était dépaysant et plutôt bien construit. Je prenais plaisir à voyager dans les pas du héros. De son côté, le scénario s’avérait plutôt classique. J’étais donc curieux de connaitre le dénouement de cette intrigue et de voir si la narration allait prendre une ampleur plus épique qui correspondrait parfaitement à l’univers dans lequel elle se déroule. La réponse à mes questions allait apparaitre dans « D’amour et d’eau fraîche », deuxième acte de cette aventure. Il est apparu dans les librairies au mois d’août dernier. D’un format classique, il est possible de se l’offrir pour un prix avoisinant quatorze euros.

La quatrième de couverture de l’ouvrage nous offre un résumé succinct des grandes lignes de la trame : « Balmaszie. 1872. Tandis que la guerre avec l’empire de Czilsletovie bat son plein, le voyage de Frantz arrive à son terme. Au péril de sa vie, il a rejoint le palais du gouverneur Benedikt. Pour lui remettre le message dont il était porteur. Hélas, c’est précisément lorsque sa mission s’achève que ses ennuis commencent… »

Ce synopsis ne rend que partiellement justice à l’intrigue née dans l’opus précédent. Certes j’avais quitté Frantz en train d’essayer de se montrer digne de la responsabilité qui lui avait été confiée. Mais il ne fallait pas oublier qu’il était au centre d’un triangle amoureux en pleine tragédie. La ravissante Héloïse voyait son cœur balancer entre la poète et rêveur Frantz et le courageux et rationnel Friedrich. Les deux se trouvent donc plongés au beau milieu de la guerre en suivant des chemins bien différents, laissant donc leur tendre aimée seule et abandonnée. 

J’avoue aisément que cet aspect de la trame était celui qui me plaisir le plus. Je le trouvais bien plus intéressant que la guerre opposant deux camps qui apparaissait moins prenante. Le trio de personnages principaux se composait de trois personnes apparemment sympathiques. Je souhaitais sincèrement le bonheur à chacun d’entre eux. On n’arrivait pas à prendre parti pour l’un ou pour l’autre. De plus, l’issue de cette situation sentimentale n’était pas aisée à deviner. Il n’est pas désagréable de s’interroger quant au dénouement d’une histoire d’amour. Mon regret fut donc fort lorsque je me suis rendu compte que cette tragédie n’était quasiment plus évoquée au cours de ce deuxième acte. Je respecte ce choix scénaristique. En effet, les auteurs ont encore le droit de faire ce qu’ils veulent ! Mais, cela n’a pas empêché de ressentir de la déception en découvrant cette variation d’angle dans la narration. 

L’intrigue de ce second album est construite autour de la guerre entre les deux empires frontaliers. Alors que le premier épisode nous faisait découvrir la Dalmaszie et ses dirigeants aux visages poudrés, cette suite nous immerge dans le camp adverse en faisant du gouverneur Benedikt un des personnages centraux de l’aventure. Se trouve là, la naissance d’une seconde déception pour moi. Je trouve ce protagoniste peu intéressant. Les auteurs essaient d’en faire quelqu’un d’original et à multiples facettes. Pourtant, la mayonnaise ne prend jamais à mes yeux. Cela participe à l’aspect brouillon de l’ensemble. La narration se veut dense et complexe. Je la trouve décousue. Par conséquent, l’atmosphère envoutante qui accompagnait les pérégrinations du premier tome s’est diluée et a quasiment disparue. La magie particulière de la lecture n’est plus là à mon grand désespoir.

Pourtant, le talent de dessinateur de Julien Duval n’est pas remis en cause. Il possède un style original que je trouve à mon goût. Il ne se contente pas de mettre en image le scénario, il cherche à lui offrir une épaisseur et une vie supplémentaire. L’effet était radical dans le premier acte. Il l’est beaucoup moins dans cet opus, la faute à un scénario qui s’y prête beaucoup moins. L’histoire multiplie les rebondissements et les anecdotes tout en perdant en intensité. Finalement, en tant que lecteur, je suis resté spectateur de cet épisode alors que je me sentais davantage acteur dans le précédent. 

En conclusion, « D’amour et d’eau fraîche » m’a plutôt déçu. Il reste un album solide et appliqué. Je ne peux pas dire que sa réalisation soit bâclée. Le souci est qu’il est de moins bonne qualité que le précédent. Faisant parti d’un diptyque, il ne peut échapper à la comparaison. Cette dernière ne plaide pas en sa faveur. Malgré tout, il peut être intéressant de jeter un coup d’œil sur cette histoire, ne serait-ce que pour découvrir l’univers graphique de Delval. Il justifie le détour… 

par Eric the Tiger

Note : 11/20

Publié dans Aventure

Commenter cet article