Les Pieds Nickelés vu par... - Richard Malka, Ptiluc & Luz

Publié le par BlogBrother

lespiedsnickelesvupar.jpg


Titre : Les Pieds Nickelés vu par...
Scénariste : Richard Malka & Ptiluc
Dessinateur : Luz
Parution : Novembre 2011


J’ai découvert l’univers des « Pied nickelés » durant mon enfance. Mon père nous avait offert des intégrales de leurs aventures écrites par Pellos. J’en garde un excellent souvenir. Les histoires me passionnaient et les dessins me plaisaient énormément. Ce trio de personnages a connu beaucoup de « pères ». C’est avec curiosité que je m’apprêtais à m’immerger dans une nouvelle adaptation née du travail commun de trois auteurs : Malka, Ptiluc et Luz. Cet ouvrage édité chez « Vents d’Ouest » est paru en novembre dernier. Son prix avoisine les quatorze euros. La couverture nous présente nos trois loustics portant  une énorme bombe sur leurs dos. Au second plan, on découvre ce qui ressemble au Palais de l’Elysée. 

La quatrième de couverture nous présente le pitch suivant : « Toujours aussi roublards, « Les Pieds nickelés » parviennent à intégrer la grande tournée présidentielle de promotion des Droits de l’Homme, ce qui leur crée évidemment quelques opportunités… Après avoir vendu les sièges de l’avion présidentiel à un cinéma africain, du vin grand cru aux talibans, des camemberts bactériologiques à l’armée américaine et les trente-cinq heures à la Chine, ils ont amassés un pactole inespéré… Assurant la sécurité du Président, le lieutenant Ovidie Gluvier s’intrigue toutefois des curieuses manières de ce trio…

Tout cela laissait présager des aventures hautes en couleur ! J’avais déjà plaisir à retrouver nos trois héros. Pour ceux qui ne les connaissent pas, je vais vous les présenter. Croquignol est la tête pensante du groupe. Il est mince, blond et se caractérise par un appendice nasal impressionnant. Ribouldingue est le bon vivant du groupe. Enrobé, il se caractérise lui par sa barbe qui fait de lui un bon vivant à l’attrait sympathique. Le dernier est Filochard. Petit, moustachu, on le reconnait pas au fait qu’un de ses yeux est toujours caché. Il s’agit d’un trio toujours en quête d’une magouille pour réussir à se mettre de l’argent dans les poches. Les imaginer dans les proches du président de la République laisse libre cours à notre imagination… 

Leur premier fait d’armes est d’arriver à faire en sorte que Ribouldingue soit admis comme conseiller spécial en matière de Droits de l’Homme auprès du président de la République. Cela fait démarrer l’histoire sur les chapeaux de roue. Ensuite, chaque étape du voyage donne l’occasion à nos amis de profiter des lieux pour mettre en place un stratagème pour arnaquer du monde et s’en mettre plein les poches. On navigue chez Talibans, en Afrique, aux Etats-Unis, en Chine… Aucune partie du monde n’est oubliée et l’imagination de notre trio est sans limite. Cette succession d’étapes fait que la narration ne souffre d’aucun temps mort. On n’a pas le temps de souffler. Notre curiosité est sans cesse sollicitée pour connaitre le prochain coup de nos amis. Sur ce plan-là, le scénario est réussi. De plus, je trouve que les personnages sont dans le même état d’esprit que dans les souvenirs de mes lectures d’enfant. De plus, l’adaptation de la série à notre époque contemporaine est également bien amenée. Croquignol utilise par exemple internet avec un vrai talent. 

 

Ma seule légère déception réside dans les dessins. Je les trouve peu attrayants. Je les trouve sans réelle personnalité. Ils sont à mes yeux trop simples et donne une impression bâclée. Peut-être est-ce uniquement dû au style du dessinateur auquel je ne suis pas sensible. Mais le fait est que j’ai eu du mal à m’immerger dans l’univers dans l’histoire. Je trouve également que les personnages manquent de profondeur graphique. C’est dommage. Par contre, les dessins traduisent parfaitement le côté dynamique de l’histoire. Le mouvement est remarquablement traduit par le trait du dessinateur. En conclusion, les illustrations ne transcendent pas l’intrigue, bien au contraire. C’est un petit peu regrettable. 

Au final, cet ouvrage est très agréable à lire. J’ai pris du plaisir à m’y plonger et à retrouver ces personnages emblématiques du neuvième art français. Néanmoins, je n’ai pas retrouvé la magie absolue de l’œuvre de Pellos. Peut-être est-ce dû parce que la nostalgie amplifie les souvenirs et les embellit. Malgré tout, cet album est de qualité et ravira les adeptes du trio de malfaiteurs le plus sympathique. Cela m’a donné envie de me plonger une nouvelle fois dans la bibliothèque de mes parents pour retrouver leurs vieilles aventures. Mais cela est une autre histoire… 

par Eric the Tiger

Note : 13/20

Publié dans Humour

Commenter cet article