Marlysa, T1 : Le masque - Jean-Charles Gaudin & Jean-Pierre Danard

Publié le par BlogBrother

marlysa1.jpg


Titre : Marlysa, T1 : Le masque
Scénariste : Jean-Charles Gaudin
Dessinateur : Jean-Pierre Danard
Parution : Juin 1998


« Marlysa » est une série née il y a une petite quinzaine d’années. Elle est le fruit de la collaboration du travail de Jean-Charles Gaudin et Jean-Pierre Danard. Le premier se charge du scénario et le second des dessins. A l’époque, aucun des deux ne m’était familier. C’est donc cette série qui m’a permis de découvrir leur univers. Le premier tome s’intitule « Le masque ». Il est édité chez « Soleil » et son prix avoisine les quatorze euros. La couverture nous présente celle qu’on suppose être l’héroïne éponyme. Sa tenue est sexy, elle porte un masque et à une épée à la main. Tout un programme ! Le second plan nous offre une galerie fournie de personnages qu’on suppose liés d’une manière ou d’une autre à elle. 

La présentation faite sur la quatrième de couverture est la suivante : « Village de Tolden près de la forêt de Morjeal. Un bébé abandonné par une étrange créature… Sur son visage : un terrible secret que recouvre un masque… Sous le masque, celle qui deviendra la belle et fougueuse Marlysa. Au loin, « Il » commence à gronder. Une menace sourde et inquiétante. Au-delà du mystérieux Océan des brumes, il existe des réponses. Accompagné de Tatrin, Cilia et Ossian, Marlysa part à la rencontre de ses origines. Un périple dangereux qui va bouleverser leur destin et créer la légende de Marlysa, la femme au masque. »

La présentation nous fait aisément comprendre que Marlysa navigue en pleine heroïc-fantasy. Elle apparait être l’élue d’une prophétie dont elle en connait pas la nature. De plus, la notion de communauté fraternelle existe. Elle ne mène pas ses aventures seules. Elle est accompagnée de ses amis aux parcours et aux talents variés. De plus l’univers dans lequel se déroule la trame utilise des codes moyenâgeux en y a ajoutant une faune plus fantastique et en laissant une place non secondaire à la magie. Bref, cette série semble posséder tous les ingrédients pour satisfaire un public large adepte de ce type de saga. 

Je suis plutôt bon public dans ce domaine. C’est donc avec enthousiasme que je me suis plongé dans la nuit de Tolden et ai découvert ainsi cet enfant abandonné et son terrible secret. Son visage doit être caché et pour l’instant on n’a aucune information sur ce plan-là. Cela définit simplement dès les premières pages que Marlysa n’est pas n’importe qui. Le titre de la série nous le sous-entendait déjà. Ce premier album la voit grandir dans son village. On a découvre petite, enfant puis jeune adulte. On rencontre ses amis. Cette phase dure une quinzaine de pages. Ce n’est pas trop long et permet au lecteur de s’immerger pleinement aux côtés de l’héroïne. S’en suit une deuxième étape qui la voit faire ses armes dans ce qui se rapproche d’un service militaire. Cette étape développe sa personnalité. Enfin, un événement marquera le début d’une mission qu’elle se fixe et dont les premières aventures occupent le dernier tiers de l’ouvrage. Tout cela est évidemment amené à se poursuivre dans le tome suivant et le dénouement attise notre curiosité quant à la suite de tout cela. 

La narration ne souffre d’aucun temps mort. Aucune page n’est une digression inutile. Notre lecture est ainsi en permanence active. On est captivé par le quotidien de cette jeune fille. Elle se révèle attachante et son entourage l’est tout autant. On est touché par ses malheurs, curieux de son réel rôle. On rigole de Cilia et de son caractère haut en couleur. Les liens entre les personnages sont amenés à évoluer même si certains jalons sont clairement posés. Un album de fantasy ne serait pas un album de fantasy s’il ne nous offrait pas des batailles et des combats. « Le masque » n’échappe pas à cette règle et nous présente des scènes d’action dense et bien construite. Les adversaires sont très réussis et leurs origines nébuleuses ajoutent à leur aura. Les auteurs ne tombent pas dans l’excès à ce niveau-là et privilégie la qualité à la quantité. C’est toujours cela de pris. 

Les dessins participent également à la bonne humeur qui se dégage de l’album. Les couleurs sont vives. Les personnages sont très expressifs et très ronds. Le trait semble manqué de finesse et de précision mais cela permet aux personnages d’avoir un côté chaleureux. Que ce soit les villages, les forêts ou les cours d’eau, tous les lieux sont habités et possèdent une réelle identité. Le style de Danard s’adresse incontestablement à un large public. Il ne marquera pas l’Histoire de l’illustration mais permettra une entrée aisée dans la lecture. N’est-ce pas le plus important ? 

En conclusion, « Le masque » est un vrai bon moment de lecture. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les courses effrénées de Marlysa et ses amis. On pourra toujours regretter que l’intrigue ne se montre pas novatrice pour l’instant ou que les personnages entrent dans des moules vus et revus. Je ne le contredirai pas. C’est le cas. Néanmoins, cela ne gêne pas ma lecture d’être agréable. La nouveauté et l’originalité n’est pas un gage de qualité. Elle est indispensable à un art pour évoluer mais ne doit pas pour autant faire oublier les vieilles recettes qui ont fait leurs preuves. Tout cela pour dire que j’ai hâte de me plonger dans le deuxième tome intitulé « L’ombre de Dompour ». Mais cela est une autre histoire…

par Eric the Tiger

Note : 14/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article