Nocturnes - Clarke

Publié le par BlogBrother

nocturnes.jpg


Titre : Nocturnes
Scénariste : Clarke
Dessinateur : Clarke
Parution : Janvier 2012


« Nocturnes » est un album paru en janvier dernier. Il est édité chez « Le Lombard » dans la collection « Signe ». D’un format classique, il se compose d’une soixantaine de pages. Son prix avoisine les quinze euros. Il est l’œuvre de Clarke, auteur dont je découvre l’univers par ce bouquin. Il se charge des dessins et du scénario. Les couleurs ont été confiées à Benoit Ers. La couverture nous présente un homme emmitouflé dans sa veste en train de quitter une maison située au second plan. Cette scène se déroule sous un ciel orageux et oppressant qui génère toute de suite une atmosphère dont on peut supposer qu’elle nous accompagnera tout au long de notre lecture.

Le résumé proposé par la quatrième de couverture est le suivant : « Un univers qui se disloque inexorablement, des personnages secondaires qui disparaissent dans un décor chaque jour plus fragmentaire… A mesure que la vie lui échappe, les émotions du romancier se font chaque jour plus destructrices, et ses enfants de papier en payent le prix. Dans ce village qui n’en est pas un, chacun va devoir affronter sa propre dissolution. Et il n’y aura pas de porte de sortie… »

La trame scénaristique de cette histoire est originale. L’idée de construire un univers qui disparait au fur et à mesure sans explication rationnelle immédiate ne laisse pas indifférent. Dès les premières pages, on voit des personnages quitter le monde de manière inexpliquée. On voit graviter un grand nombre de protagonistes liés tournant autour de Léo, écrivain. On a du mal à se déterminer si l’intrigue qu’on découvre a lieu dans notre quotidien ou s’il elle se déroule dans un univers fantasmé ou parallèle. Cette interrogation est curieuse et nous incite à connaitre la suite. On est en attente de tout nouvel événement ou nouvelle information.

Le fait qu’on ne maîtrise pas tous les tenants et les aboutissants du monde dans lequel on est plongé fait naitre une atmosphère très prenante. On l’avait deviné en découvrant la couverture et elle se confirme dès les premières pages. Elle ne nous quittera jamais jusqu’au dénouement. Elle se traduit par le fait que les habitations semblent perdues au milieu d’une forêt. On se sent coupé du monde. Les scènes nocturnes ne laissent pas indifférents et offrent des moments plus intenses. De plus, quand les personnages se baladent, ils tombent sur des lieux où le décor disparait comme si leur monde était réduit comme un plateau de jeu. Et ce plateau se réduit au fur et à mesure que les pages défilent. 

Les dessins participent activement à la matérialisation de cet univers curieux. Les couleurs et les illustrations rendent envoutante notre lecture. Par contre, j’ai été moins conquis par les personnages. Je les trouve assez fades et finalement assez inexpressifs. C’est peut-être un choix scénaristiques qui correspond à la trame. Malgré tout, je trouve que les différents protagonistes auraient pu se démarquer un petit peu plus les uns des autres. Clarke possède donc un style honnête mais qui possède à mes yeux une marge de progression dans les détails d’expression.

En conclusion, « Nocturnes » est un ouvrage intéressant. Son originalité et son atmosphère intriguent. On est vraiment curieux de connaitre l’endroit où nous mène l’intrigue. Néanmoins, une fois terminé, j’avais encore du mal à totalement maitriser ce que je venais de découvrir. J’ai du mal à me décider sur le dénouement. Est-il réussi, bâclé, bancal, inédit ? J’ai du mal à statuer sur cet aspect-là. Cela a pour conséquence que je ne suis pas entièrement conquis par l’opus une fois terminé. Je suis d’ailleurs curieux d’avoir l’avis de lecteurs l’ayant lu. La nature des sentiments qu’ils ont ressentis me permettrait peut-être d’analyser plus précisément ma lecture. Mais cela est une autre histoire…

par Eric the Tiger

Note : 13/20

Publié dans Fantastique

Commenter cet article