Nocturnes rouges, T2 : Zéphyr - Emmanuel Nhieu

Publié le par BlogBrother

nocturnesrouges2.jpg


Titre : Nocturnes rouges, T2 : Zéphyr
Scénariste : Emmanuel Nhieu
Dessinateur : Emmanuel Nhieu
Parution : Novembre 2002


« Zéphyr » est le deuxième tome de « Nocturnes rouges ». Cette série est l’œuvre de Nhieu qui se charge à la fois du scénario et des dessins. J’avais trouvé le premier opus divertissant. Les personnages étaient sympathiques et j’abordais avec plaisir la perspective de les retrouver. Cet album est édité chez « Soleil ». Il est d’un format classique et est vendu pour un prix proche de quatorze euros. La couverture nous immerge dans une grotte. On y retrouve la jolie Dolores et la mignonne petite May. Elles semblent en garde et s’apprêtent un ennemi qui nous est jusqu’alors inconnu. Il ne nous reste plus qu’à commencer notre lecture pour en savoir davantage. 

La quatrième de couverture nous présente le résumé suivant : « Depuis la nuit des temps, les vampires sur le monde d’Ethyl. Depuis la nuit des temps, une poignée d’êtres humains se dresse face à ce fléau. La petite May n’a pas choisi sa destinée. Comme le veut la tradition, elle sera une chasseuse de vampires. Chaperonnées par l’imposant oncle Granite et par la farouche Dolores, May se lance sur les traces des pires créatures du royaume. Mais les choses se compliquent lorsque les plus hautes sphères de pouvoir se gangrènent. »

Le tome initial nous présentait les personnages et l’univers dans lequel on allait graviter tout au long de ces opus. L’univers des vampires était un monde que j’ai peu rencontré au cours de mes différentes lectures. La trame du premier ouvrage était relativement indépendante. En effet, on suivait la quête de nos chasseurs de vampire. Il devait rattraper un de ces suceurs de sang dans une course contre la montre pour sauver la vie d’un de leurs proches. J’étais donc curieux de voir si « Zéphyr » allait offrir une nouvelle bataille à nos héros ou si il marquait l’entrée de « Nocturnes rouges » dans une intrigue plus complexe et l’ampleur plus ambitieuse.

Rapidement, les événements nous montrent que Granite, May et Dolores ne peuvent plus vivre chez eux. En effet, les villageois les associent aux vampires et ne voient pas donc leur présence d’un bon œil. Nos héros quittent donc leur logis et sont amenés à se rendre à Gadës, la capitale d’Ethyl. Voilà l’occasion pour nous de découvrir davantage l’univers qui abrite notre histoire. Jusqu’alors, on n’avait jamais réellement pris de recul sur tout cela. La fuite en avant de nos héros était rythmée et empêchait toute pose. « Zéphyr » décide donc de donner une dimension politique à l’intrigue. Notre trio de choc se voit confier une mission par des hauts dirigeants. Leurs actes sont donc amenés à avoir des conséquences à plus grande échelle que dans le tome précédent. 

Le bémol de ce choix scénaristique fait que le rythme de narration est plus lent que dans l’opus précédent. En effet, la période de mise en place qui mène au contenu concret de la mission est relativement longue. Leur objectif est de trouver un vampire très puissant et de capturer son âme. L’action démarre réellement dans le dernier tiers de l’ouvrage. Le premier tiers abrite le retour et de départ du trio chez eux. Quant au deuxième tiers, il s’agit essentiellement de discussions de palais à vertu pédagogique. Finalement, on a le sentiment que « Zéphyr » marque le vrai début de « Nocturnes rouges ». La grande Histoire semble commencer ici. « Sang noir » n’était donc qu’un prologue a posteriori. Ce n’est pas nécessairement un mauvais choix même si on peut regretter de ne pas retrouver le rythme assez effréné du premier album. 

Le plaisir de la lecture réside en grande partie dans la sympathie qu’on ressent à l’égard des personnages. May est une petite fille touchante et courageuse. On a envie tout au long de l’histoire de la prendre dans nos bras pour la protéger. Granite est un personnage bourru et charismatique. Sa queue de cheval et sa massive moustache poivre et sel donne à sa carrure musclée une dimension supplémentaire. Il est l’oncle dont tout le monde rêve. Dolores est l’atout charme de la fine équipe. Des courbes à faire chavirer tous les lecteurs, elle y ajoute un caractère trempée et une capacité au combat qui en fait quasiment la femme parfaite pour alimenter les fantasmes. Enfin, Marco est le magicien et le maladroit du groupe. On s’y attache vite malgré son incapacité apparente à mener une mission de terrain. On a davantage de mal à déterminer la nature du grand méchant. Cela sera pour les prochains tomes. 

Il est rare pour un auteur d’arriver à offrir à la fois un scénario cohérent et des illustrations de qualité. Nhieu s’en sort plutôt bien à ce niveau-là. Je trouve le trait plus précis que dans le premier tome et ce n’est pas pour me déranger. Je trouve qu’il offre à sa série une véritable existence graphique. Il utilise certaines caractéristiques des mangas tout en gardant un trait assez classique. Cela offre un dessin assez dynamique qui ravira un public large. Les bédéphiles historiques ne seront pas perdus et les plus jeunes lecteurs retrouveront certains des codes qui leur sont familiers. Les couleurs sont confiées à Denis Dufourg qui s’en sort très bien. Il utilise les tons bleus et violets de manière assez régulière et avec subtilité. Cela génère une atmosphère intéressante. 

En conclusion, « Zéphyr » est un ouvrage intéressant. On pourra regretter un scénario finalement pas aussi dense qu’attendu. Mais cela est compensé par une construction narrative solide. Les personnages confirment leur personnalité née dans le premier tome et commencent à nous être très familier. On prend plaisir à découvrir le monde à travers les yeux de May qui est une héroïne originale et attachante. Cela fait que je suis vraiment curieux de me plonger dans le troisième tome intitulé « Tonnerre pourpre ». Mais cela est une autre histoire… 

par Eric the Tiger

Note : 12/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article