Nocturnes rouges, T4 : Une seconde chance - Emmanuel Nhieu

Publié le par BlogBrother

nocturnesrouges4.jpg


Titre : Nocturnes rouges, T4 : Une seconde chance
Scénariste : Emmanuel Nhieu
Dessinateur : Emmanuel Nhieu
Parution : Janvier 2006


« Une seconde chance » est le quatrième tome de « Nocturnes rouges ». Sa parution chez Soleil date du début de l’année deux mille six. D’un format classique, cet album se compose d’une grosse quarantaine de pages. Son prix avoisine les quatorze euros. Comme pour les opus précédents, Emmanuel Nhieu se charge à la fois des dessins et du scénario. Néanmoins, il confie les couleurs à Florence Torta. La couverture est très féminine. Au premier plan, elle nous présente le visage de May, son révolver à la main. Il s’agit de l’héroïne de la saga. Derrière elle, plus en retrait, on retrouve la ravissante et plantureuse Dolores. Mais la dureté de son visage nous montre que le temps n’est pas à la légèreté. Il ne reste plus qu’à se plonger dans la lecture pour en savoir davantage sur les raisons de cette gravité. 

La quatrième de couverture nous présente l’histoire avec les mots suivants : « Depuis, la nuit des temps, les vampires sévissent sur le monde d’Ethyl. Depuis la nuit des temps, une poignée d’êtres humains se dresse face à ce fléau. La petite May n’a pas choisi sa destinée. Comme le veut la tradition, elle sera chasseuse de vampires. Chaperonnée par l’imposant oncle Granite et par la farouche Dolores. May se lance sur les traces des pires créatures du royaume. Mais les choses se compliquent lorsque les plus hautes sphères du pouvoir se gangrènent. »

« Nocturnes rouges » est une série de qualité constante. Ce n’est pas toujours le cas et je me dois de le signaler. Les premiers tomes ont généré un univers solide qui habite la lecture. De plus, les personnages sont suffisamment travaillés pour qu’aucun ne nous laisse indifférent. On a particulièrement d’empathie pour le quatuor central formé de May, Dolores, Granite et Marco. Le troisième opus faisait naitre une atmosphère assez noire. Le monde était en train de tomber dans les mains des méchants. L’issue paraissait inéluctable et on pouvait légitimement s’inquiéter pour la survie des principaux protagonistes. Le dénouement apparaissait assez fataliste. J’étais donc sincèrement curieux de savoir ce qu’allait nous offrir « Une seconde chance » et son titre intriguant. 

La première page capte immédiatement notre attention. On découvre une jeune femme qu’on devine être May. Néanmoins, un saut dans le temps est évident. Elle n’est plus la petite enfant qu’on a envie de protéger et d’accompagner. Elle semble errer dans un univers apocalyptique. Quelque part, cette introduction nous annonce le résultat de la guerre qu’on avait laissé lors de notre dernière lecture. Mais May se souvient de cette époque et nous plonge à nouveau à une époque plus familière dans laquelle nos amis sont toujours en difficulté. Ce mécanisme du flashback pour lancer l’histoire est une belle réussite. Cela a chatouillé mon imagination et m’a impliqué immédiatement dans l’intrigue.

Je ne souhaite pas vous gâcher le plaisir de la découverte en vous dévoilant le devenir de tous les héros. Il faut juste savoir que les choses sont loin de s’améliorer. On retrouve la fuite en avant que j’avais apprécié dans l’opus précédent. Cette atmosphère de fin du monde est finalement assez rare dans les séries de ce type-là. Même quand rien ne va, il reste toujours une lueur d’espoir qui fait qu’on ne cesse d’y croire. Cette lueur n’existe pas vraiment dans « Seconde chance ». Je trouve que son absence participe activement à l’ambiance envoutante de la narration. De plus, sans rentrer dans les détails, les dernières pages offrent des événements assez intenses. Cela fait qu’une nouvelle fois le suspense est bien dosé en fin d’album et attise notre envie de connaitre la suite.

Concernant les dessins, ils sont dans la lignée de ceux qui agrémentaient la narration des précédents opus. Le trait des personnages se rapproche du style manga. Ce n’est pas mon genre préféré et cela devrait donc me gêner. Mais le souci du détail de Nhieu fait qu’on ne tombe pas dans le côté uniforme qui caractérise la bande dessinée nippone. Les décors sont plutôt bien conçus et l’atmosphère chromatique est intéressante. Je retrouve avec plaisir les tons violets et orange qui sont la marque distinctive de cette série. Bref, la continuité est certaine sur le plan graphique et c’est loin de me déranger. 

En conclusion, « Seconde chance » est un ouvrage réussi. Il m’a captivé du début à la fin. De plus, le fait de découvrir une May plus âgée en introduction et en conclusion de l’album offre de nouvelles perspectives à la trame. Cela ne fait qu’intensifier mon envie de me plonger dans le cinquième tome intitulé « Terra Nova ». Mais cela est une autre histoire… 

par Eric the Tiger

Note : 13/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article