Nocturnes rouges, T5 : Terra-nova - Emmanuel Nhieu & Looky

Publié le par BlogBrother

nocturnesrouges5.jpg


Titre : Nocturnes rouges, T5 : Terra-Nova
Scénariste : Emmanuel Nhieu
Dessinateur : Looky
Parution : Avril 2008


« Terra Nova » est le cinquième tome de « Nocturnes rouges ». Il marque le début d’un second cycle, le précédent s’étant conclu avec la parution de « Une seconde chance ». Toujours édité chez Soleil, cet ouvrage marque une rupture avec les quatre premiers opus. En effet, Emmanuel Nhieu ne se charge plus que du scénario. Les dessins sont ici confiés à Looky que je découvre ici. Quant aux couleurs, elles sont le fruit du travail de Florence Torta. L’album est de format classique et son prix avoisine quatorze euros. La couverture nous présente un gros plan du visage de May, bien éloigné de la petite fille qu’on connaissait jusqu’alors. La fillette est devenue une femme et la dureté semble avoir envahi son visage…

La quatrième de couverture nous présente l’histoire avec les mots suivants : « Dix années ont passé… Pour le commun des mortels dix années placées sous le joug des Seiitis. Pour elle, dix longues années sans avoir pu étancher sa soif de vengeance. Mais, voilà qu’une nouvelle piste se dessine. Une piste coupant à travers les montagnes hostiles d’Alampühr, jusqu’à la cité cachée de Terra-Nova, berceau de la résistance. May a enfin retrouvé le vampire qui l’a privé d’un père. Sauf que les Seiitis vont quelque peu troubler ces sanglantes retrouvailles… »

Les premières et dernières pages de « Une second chance » avait servi d’introduction à ce nouveau cycle. On y avait découvert May, plus âgée, errant dans un univers enneigé et hostile. On découvrait dans cet ouvrage la fin d’un monde qu’on connaissait depuis notre immersion dans « Nocturnes rouges ». J’étais donc curieux de savoir ce qu’était devenu l’univers dans lequel survivait notre sympathique héroïne. Le dénouement du tome précédent faisait que May serait le seul lien avec le passé qu’on retrouverait. En effet, les autres héros subissaient alors un destin plus complexe. J’appréhendais donc de ne pas retrouver le plaisir ressenti dans le premier cycle. De trop grandes différences ont parfois tendance à décontenancer le lecteur jusqu’à le perdre.

La rupture ne s’avère finalement pas si difficile à assimiler. Le changement avait été partiellement introduit précédemment, ce qui facilite notre plongée dans cet univers hostile. La première découverte réside dans les lieux qui abritent l’histoire. On se trouve dans des montagnes sous des tonnes de neige. On est loin des grandes cités qu’on connaissait jusqu’alors. Les pentes sont abruptes, la civilisation apparemment plus dispersée. Bref, May est partie à l’aventure. Les couleurs subissent donc également une évolution certaine. Alors que le violet et l’orange étaient les deux teintes phare du premier cycle, la répartition chromatique de « Terra Nova » donne la part belle au jaune, à l’orange et l’ocre entre autre. 

Mais au-delà des décors, c’est autour du personnage de May que notre attention se concentre. On la connaissais petite fille, protégée par son oncle Granite et Dolores. Elle voulait être chasseuse de vampire comme son père, victime lui-même de ces suceurs de sang. Elle est devenue maintenant une jeune femme. Elle erre seul dans des contrées maintenant dominées par les Seiitis pour qui elle voue une haine sans limite. On découvre rapidement qu’elle est en mission. Elle veut mettre la main sur Elijhah, le vampire qui l’a privé d’un père. On est rapidement persuadé qu’elle est prête à tout pour arriver à ses fins. On lui découvre incontestablement une nouvelle personnalité. Les dures épreuves de la vie lui ont forgé une carapace solide qui l’empêche de perdre de vue son objectif.

Néanmoins, on ne se contente pas de suivre May dans son périple. Les auteurs prennent le temps de nous faire comprendre ce qu’est devenu le monde, dix après qu’on l’ait quitté. Les personnages ont changé, les lieux ne sont plus les mêmes… Tout cela ne suffit pas à nous lister les multiples modifications qu’a subi le monde dans lequel gravitent les personnages. Nhieu nous épargne de longues tirades pour nous informer. On picore au gré des discussions entre les personnages et en regroupant toutes les pièces, on arrive à se faire une idée assez claire de la situation actuelle. Je me garde de trop vous la développer pour ne pas gâcher votre lecture éventuelle. Je peux juste vous dire que tout n’est pas folichon pour les gentils ! Je me permets néanmoins de vous préciser que « Terra Nova » est le nom de la poche de résistance située au milieu des montagnes. En plus de tout cela, cet ouvrage nous offre donc une galerie de nouveaux personnages intéressants. On n’arrive pas forcément à situer clairement la place, le rôle et les origines de chacun. Mais la première rencontre avec chacun d’entre eux est plutôt prometteuse. 

La dernière rupture avec le cycle précédent réside dans le changement de dessinateur. Nhieu se chargeait du scénario et des dessins dans les quatre premiers albums. Dans « Terra Nova », il confie les illustrations à Looky. Je n’ai eu aucun mal à noter une différence. Néanmoins, on peut observer une certaine continuité dans le style. Il n’y a pas de changement du tout au tout. C’est appréciable car il n’est jamais simple de modifier l’identité graphique d’une série au milieu de celle-ci. Je trouve juste que les personnages ont des traits « manga » plus marqués sous la plume de Looky. Bien qu’étant non adepte du genre, ce n’est pas gênant parce que le dessin est suffisamment travaillé pour gommer les défauts potentiels de ce type de graphisme.

En conclusion, « Terra Nova » offre un second souffle intéressant à la série. Le voyage dans le temps généré par le scénariste est agréable et habilement mené. Je n’ai eu aucun mal à  prendre mes repères et à faire le lien entre les deux époques. Le changement de dessinateur se digère avec la même aisance. Il ne me reste donc plus qu’à me plonger dans le sixième tome intitulé « Par-delà la haine » pour en savoir plus sur le devenir de May. Mais cela est une autre histoire…

par Eric the Tiger

Note : 13/20 

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article