Weëna, T1 : Atavisme - Eric Corbeyran & Alice Picard

Publié le par BlogBrother

weena1.JPG


Titre : Weëna, T1 : Atavisme
Scénariste : Eric Corbeyran
Dessinateur : Alice Picard
Parution : Janvier 2003


« Atavisme » est le premier tome de « Weëna » que j’ai eu l’occasion de découvrir il y a quelques années. Ma conjointe m’avait offert cet ouvrage en découvrant le nom de son scénariste. En effet, Eric Corbeyran est un de mes auteurs de bandes dessinées préférés. J’ai une réelle affection pour des séries telles que « Le chant des stryges », « Château Bordeaux » ou « Pavillon noir ». J’avais donc un a priori très positif en me plongeant dans la lecture des premières pages. Il s'est associé à Alice Picard pour faire naitre cette nouvelle saga. Elle s’est chargé des dessins et des couleurs. D’ailleurs, mon premier contact avec son travail est la couverture du bouquin. Il s’avère agréable. On voit une ravissance demoiselle au teint mat et la chevelure d’un blanc flamboyant. Elle est assise sur un rocher au premier plan de montagnes enneigées. Le dépaysement apparait certain. D’ailleurs, l’album est édité chez Delcourt dans sa collection « Terres de légende ». D’un format classique, il est paru il y a sept ans et son prix avoisine les quatorze euros.

La quatrième de couverture nous présente l’extrait suivant : « Nul ne décidera du sort de mon enfant ! Je réduirai quiconque approchera du berceau ! J’entends qu’on lui donne sa chance comme n’importe quel nouveau-né d’Halaskini ! Quant à toi, Mohnbow’e-la-furie, je t’abjure ! Je te maudis ! Je conchie tes prophéties ! Et je jure de te détruire si un jour tu reparais ici ! – Il est en colère, Galdec, hein mamie ? – Oui, Gwylym… très en colère… - J’ai pas tout bien compris ce qu’il a dit… - Il a dit que la fête est finie… »

Cette scène apparait dans les toutes premières pages de l’histoire. Elle fait suite à la naissance de Weëna, fille du chef. La tradition veut que Mhbow’e-la-furie, protectrice du village, va émettre sa prédiction concernant le nourrisson. Celle s’avère très alarmiste. Elle encourage la disparition de l’enfant qui serait source de malédiction. Le chef refuse de l’abandonner et donne lieu à la tirade précédemment citée. On découvre ensuite Weëna grandir dans le village. Elle apparait comme une petite fille ravissante et pétillante qui souhaite de tout cœur s’amuser comme tout le monde à son âge. On ressent assez rapidement de l’empathie à son égard et on prend un vrai plaisir à découvrir ses aventures. Enfin, on la voit arriver à l’âge adulte. Elle est maintenant une splendide jeune femme qui rêve d’aventure. Mais le ciel va s’assombrir au-dessus du village. 

L’intrigue se déroule dans un univers proche de la fantasy. On y retrouve la notion de prophétie et d’Esprits. Weëna semble être une élue dont on a du mal à maitriser les tenants et les aboutissants. Il est d’ailleurs agréable de voir que l’héroïne est une femme. C’est relativement rare. Les décors et la société semblent correspondre à des codes qui apparaissent médiévaux. Parallèlement à l’évolution du quotidien de Weëna, on rencontre une famille d’apparence noble vivant dans une tour coupée du monde. Elle semble avoir des rapports complexes et semble être le fruit d’une malédiction elle aussi. La deuxième partie de l’album marque le croisement des deux intrigues. Celui-ci se déroule dans le sang et le malheur. D’ailleurs il clôt la lecture et attise notre curiosité quant à la suite de tout cela. 

La trame ne se démarque pas par son originalité. Les personnages semblent être des cousins de nombreuses sagas de fantasy. Néanmoins, les vieilles recettes sont toujours agréables à déguster quand elles sont bien effectuées. Le premier tome ne permet de trancher définitivement quant à la qualité d’exécution de ces dernières. La lecture est agréable mais on ne possède pas encore assez d’information pour savoir si l’intrigue allait prendre une ampleur épique ou rester dans des aventures sympathiques mais prévisibles. Pour cela, la découverte du prochain tome sera intéressante et en partie déterminante. 

Le plaisir de la lecture réside en partie dans les paysages. Contrairement à beaucoup de séries de ce type-là, celle-là débute dans des territoires neigeux et montagneux. Cela offre une lecture vraiment dépaysant. Alice Picard arrive à nous offrir des décors remarquables dans lesquels on prend plaisir à errer. Le travail sur les couleurs blanche, bleu et grise est très bien dosé. Je ne sais pas si toute l’intrigue se déroulera dans ces univers-là, mais en tous les cas j’ai apprécié le voyage. Concernant les personnages, Weëna fait succomber tout homme à ses charmes. On ne regrette pas la rencontre. Par contre, je trouve que les différents personnages possèdent un morphotype très proche. Je trouve cela dommage. En effet, le plaisir de ce type de lecture réside aussi dans la diversité de ses protagonistes. J’espère que ce léger défaut s’atténuera pas la suite au cours des pérégrinations de nos héros. 

En conclusion, « Atavisme » est un premier tome honnête qui ouvre classiquement une série de ce type-là. Je ne suis pas tombé ébahi sous le charme. Néanmoins, l’ensemble reste agréable et je suis curieux de découvrir la suite. Je n’arrive pas à trop savoir où tout cela nous mène. En tout cas, j’ai une certaine de hâte de découvrir « Epreuve », deuxième tome de la série pour savoir ce que devient Weëna et ses amis. Mais cela est une autre histoire...

par Eric the Tiger

Note : 12/20

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article