Weëna, T2 : Épreuve - Eric Corbeyran & Alice Picard

Publié le par BlogBrother

weena2


Titre : Weëna, T2 : Épreuve
Scénariste : Eric Corbeyran
Dessinateur : Alice Picard
Parution : Mars 2004


« Epreuve » est le titre du deuxième tome de « Weëna », série composée à l’heure d’aujourd’hui de huit albums. Elle est l’œuvre conjointe d’Eric Corbeyran et d’Alice Picard. Le premier se charge du scénario et la seconde des dessins. Corbeyran est un de mes auteurs préférés. Je garde un souvenir agréable de mes lectures de « Le chant des stryges », « Le maître de jeu », « Château Bordeaux » ou encore « Uchronies ». L’ouvrage que je vais évoquer dans la critique est édité chez Delcourt dans un format classique. Sa première parution date d’environ huit ans. La couverture nous présente une femme vêtue d’une lourde armure. L’épée qu’elle brandit est maculée de sang. Sa longue cape découpe un ciel d’un blanc enneigé très réussi. Il ne s’agit pas d’un des personnages centraux présentés dans le premier tome. On peut donc supposer que la trame va évoluer et se densifier au cours de ce nouvel opus.

La quatrième couverture nous résume l’intrigue avec les mots suivants : « Retenue prisonnière dans la tour d’Haggral, Weëna fait la connaissance d’une jeune esclave, Opera. Ensemble, les deux infortunées essaieront de se soustraire à l’emprise de Morckoor, qui cherche à assurer son pouvoir par un mariage forcé. Pendant ce temps, Gwylym et Miureal tentent désespérément de retrouver la trace de Weëna. Mais le royaume de Nym Bruyn est immense et nombreuses sont les épreuves qui les attendent…

Cette série est construite sur les thèmes classiques de la fantasy. L’organisation politique apparait médiévale. Les moyens de locomotion, les armes et les tenues vestimentaires semblent également se rapprocher de cette époque. De plus, la notion de filiation semble primordiale. Une jeune fille semble posséder un statut d’élu qu’elle ne maîtrise pas encore. La magie et les croyances occupent une place certaine de la trame. « Weëna » se démarque par son univers géographique. L’histoire se déroule dans un univers montagneux qui offre des décors enneigés qui dépareillent des grandes épopées forestières traditionnelles. Il est donc évident que cette saga s’adresse aux adeptes du genre et à défaut de révolutionner le genre, cherche à exécuter cette vieille recette avec application. 

Le premier tome avait posé des jalons solides et simples à la trame. Weëna avait été enlevé par Morckoor dans le but de lui être marié. Cela aurait pour conséquence de faire disparaitre une malédiction ancestrale que subit ce dernier. Gwylym est le meilleur ami de Weëna. Berger de son état, il se met en tête de retrouver son amie sans aucune chance apparente de réussite. Pour cela, il est accompagné de Miureal, ancienne nourrice de la jeune fille. On avait conclu la lecture du précédent opus sur cet état de fait. On était donc curieux de savoir si Weëna allait subir son destin jusqu’au bout, de connaitre davantage cet antipathique Morckoor et soucieux de savoir ce que va devenir nos deux courageux compagnons partis sur une route dangereuse dans une quête impossible.

La narration de cet album se construit sur deux voies pour l’instant parallèle. La première nous met dans les pas de Weëna. On la découvre dans sa prison. Elle se fait une nouvelle amie et découvre le terrible Morckoor qui semble posséder beaucoup de réponses aux questions qu’on se pose concernant le destin de notre héroïne. D’un autre côté, on suit le sympathique Gwylym aussi maladroit qu’avide d’aventures. Il est prêt à tous les défis et ne rêvent que de batailles et de voyages. Il rencontrera des personnages à la réputation discutable. Heureusement, la terre à terre Miureal cherche à limiter les conséquences de ses bêtises irréfléchies. On est curieux de voir comment vont évoluer tous ses protagonistes et à quel moment leurs routes vont encore se croiser.

Côté illustrations, on est dans la lignée du premier tome. Je trouve que les décors sont très réussis. Les ambiances enneigées rencontrent de ma part un franc succès. De plus, certaines scènes se déroulent de nuit et sont sur le plan des couleurs assez envoutantes. Parallèlement, les pérégrinations de nos héros leur font quitter les montagnes et voient ainsi disparaitre le blanc immaculé de la neige. Cette transition nait dans les dernières pages. Je suis donc curieux de voir si Alice Picard sera aussi à l’aise avec lieux différents. Du côté des personnages, je trouve que beaucoup possède des morphotypes assez proches. Je trouve cela un petit peu dommage. Les personnages principaux se démarquent assez bien mais certains personnages secondaires gagneraient à voir leur personnalité graphique davantage travaillée.

En conclusion, ce deuxième tome est assez agréable à lire. Néanmoins, je trouve que la trame principale aurait pu prendre une autre ampleur avec une narration plus dense. Je la trouve légèrement diluée. Je suis malgré tout curieux de lire le prochain opus intitulé « Résurgence ». Je retrouverai les personnages avec sympathie. On s’inquiète du devenir du Weëna et on a un sourire plein d’empathie devant les aventures de Gwylym. Mais cela est une autre histoire… 

par Eric the Tiger

Note : 11/20

Publié dans Fantasy

Commenter cet article